DIVERTISSEMENT
23/09/2015 08:32 EDT | Actualisé 23/09/2015 08:41 EDT

Le réalisateur Denis Villeneuve présente le film «Sicario» en sol montréalais (VIDÉO)

Il y a eu la sélection officielle au dernier Festival de Cannes, le récent Festival international du film de Toronto (TIFF), le Festival du cinéma américain de Deauville, mais mercredi, c’est à Montréal, au Cinéplex Odéon Quartier Latin, en présence des siens, que Denis Villeneuve dévoilait son film Sicario.

Déjà encensé sur toutes les tribunes, en voie de battre un record d’entrées aux États-Unis, où il est sorti «en plateformes», c’est-à-dire dans deux marchés, à Los Angeles et à New York, vendredi dernier, Sicario marque un nouveau jalon dans la carrière internationale du réalisateur québécois, que plusieurs considèrent au sommet de son art avec ce thriller plein d’action.

«C’est toujours un bonheur de présenter le film à ses proches, aux amis, aux gens qui nous ont vu grandir, s’est exclamé le cinéaste. En même temps, c’est toujours une zone de stress, parce qu’il n’y a rien de plus critique qu’un ami!»

«Mais, à force de présenter le film, à un moment donné, on devient moins stressé, a enchaîné Villeneuve. Si c’était la première fois qu’on le projetait ce soir, je ne serais pas calme comme je le suis présentement! Puisqu’on l’a présenté plusieurs fois aux États-Unis, en Europe et à Toronto, ça me stresse un peu moins. Je sais que le film fonctionne bien.»

Zones de gris

Sicario, que Denis Villeneuve définit comme son œuvre la plus complexe, est incarné à l’écran par d’importantes pointures hollywoodiennes, soit Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin, Jon Bernthal et Victor Garber. Ceux-ci n’étaient évidemment pas à Montréal mercredi.

Le scénario nous transporte dans une zone dangereuse, «sans foi ni loi», comme l’indique le synopsis, entre les États-Unis et le Mexique, où les membres d’une escouade tactique gouvernementale (Josh Brolin et Benicio Del Toro) enrôlent une jeune agente du FBI idéaliste (Emily Blunt), pour l’envoyer au cœur de l’univers sanglant d’un trafic international de stupéfiants, afin de neutraliser le chef du cartel mexicain.

L’histoire est signée Taylor Sheridan, et Sicario est produit par les studios Black Label Media et Thunder Road Pictures. Les Films Séville le distribuent au Québec.

«Je dirais que c’est un film où j’ai réussi à atteindre un certain niveau de collaboration avec mes comédiens, que je n’avais pas réussi à atteindre avant, a estimé Denis Villeneuve. Je suis arrivé à les embarquer dans le bateau, à les amener à me nourrir, moi. Au niveau de la complexité de la mise en scène, c’est mon film le plus ambitieux.»

«J’aimerais que Sicario puisse remettre en perspective la complexité du monde d’aujourd’hui, a ajouté le créateur. On a toujours l’impression que le monde est en noir et blanc, qu’il y a les méchants d’un côté, les bons de l’autre. Je souhaitais aborder le monde d’une manière un peu plus complexe, tracer un portrait un peu plus en zones de gris. J’espère que les gens vont en ressortir avec des questions, qu’ils auront été provoqués par les questions que le film pose.»

Une suite?

Denis Villeneuve nourrit des attentes très réalistes en ce qui a trait au rayonnement de Sicario, même si l’actuel engouement laisse encore une fois présager de belles promesses pour la production.

«Quand tu lis une histoire forte, tu as toujours envie de la partager avec le plus de gens possible. Les personnes qui ont investi dans le film sont des amis, maintenant. Alors, j’ai envie que ça fonctionne, parce que faire un film demande beaucoup de sous. Ce n’est pas de l’argent public, c’est de l’argent de particuliers. Déjà, les chiffres aux États-Unis sont encourageants. Quand le film sortira partout le 2 octobre, on va savoir si le bouche-à-oreille a été bon.»

Quant à savoir si une suite à Sicario est déjà en préparation, comme une manchette l’indiquait mardi, Denis Villeneuve a avancé qu’il est prématuré d’évoquer le projet tout de suite.

«Avant même que le film soit choisi à Cannes, le distributeur, qui aime beaucoup le film et en est très fier, m’a demandé ce que je pensais de la possibilité de faire évoluer les personnages ailleurs, dans une continuité. Ce n’est pas impossible ; ça dépendra si le scénariste est capable de pondre un texte aussi fort. Je sais qu’il a d’excellentes idées, il a déjà commencé à en lancer. Mais moi, je suis occupé pour les deux prochaines années. C’est donc prématuré d’en parler, ça va dépendre de beaucoup de choses», a détaillé Denis Villeneuve, faisant ainsi référence à ses prochains engagements, dont Story Of Your Life, l’opus sur lequel il planche présentement, qui met en vedette Amy Adams et Jeremy Renner, et relate l’épopée d’une linguiste qui doit entrer en contact avec une civilisation extraterrestre et décoder leur langage, et le long-métrage inspiré de Blade Runner, qu’il devrait tourner l’été prochain.

Bientôt à l'affiche

Sicario prend l’affiche à Montréal ce vendredi, 25 septembre, et ailleurs au Québec et en Amérique du Nord, le 2 octobre. Des premières VIP auront lieu dans plusieurs villes le 30 septembre.

Galerie photo Denis Villeneuve présente «Sicario» au Festival de Cannes 2015 Voyez les images