NOUVELLES
23/09/2015 19:01 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

GB: lancement d'appels d'offres de 16 mds EUR pour une ligne à grande vitesse

Le ministre britannique des Finances va annoncer jeudi l'ouverture d'un appel d'offres portant sur 11,8 milliards de livres (16,3 milliards d'euros) pour des travaux de préparation d'une future ligne ferroviaire à grande vitesse en Angleterre.

Ce projet géant, appelé "High Speed 2", prévoit de relier Londres à Birmingham (centre de l'Angleterre), la deuxième ville du Royaume-Uni, avec un temps de trajet ramené d'environ une heure vingt actuellement à moins de cinquante minutes. L'objectif est de prolonger ensuite la ligne vers le nord de l'Angleterre, pour Manchester et Leeds.

Le chancelier de l'Échiquier, George Osborne, va lancer un appel à candidature sur une première tranche de 11,8 milliards de livres portant sur des travaux de terrassement, de construction de ponts et de percement de tunnels, d'après un communiqué du ministère.

Des appels d'offres pour une deuxième tranche de travaux, concernant l'aménagement de gares, devraient être lancés en 2016 et d'autres, pour l'installation des rails, en 2017.

Les travaux doivent débuter en 2017 pour une mise en service des trains à grande vitesse entre Londres et Birmingham espérée en 2026.

M. Osborne devait annoncer cet appel d'offres depuis Chengdu, dans le sud-ouest de la Chine, pays où le grand argentier britannique effectue une tournée de cinq jours pour promouvoir les échanges commerciaux sino-britanniques.

Le ministre voudrait inciter le maximum d'entreprises chinoises à se porter candidates pour le gain d'une partie des contrats. "Nous ouvrons une ère dorée de coopération entre nos deux pays et il est crucial que les entreprises et les collectivités locales de l'ensemble du Royaume-Uni profitent des bénéfices engendrés par les liens économiques étroits tissés avec la Chine", devait-il déclarer.

Au cours de sa visite en Chine, M. Osborne a annoncé entre autres le lancement d'une "étude de faisabilité" concernant une plateforme d'échanges connectant les Bourses de Londres et de Shanghai, ainsi que des discussions sur la possibilité pour la banque centrale chinoise (PBOC) d'émettre à Londres des obligations d'État de court terme libellées en yuans.

M. Osborne a été critiqué mercredi par des militants des droits de l'Homme pour avoir privilégié les questions économiques lors de sa visite dans le Xinjiang (ouest), région berceau de la minorité musulmane ouïghoure où des heurts inter-ethniques ont fait plusieurs centaines de morts ces dernières années.

Une visite du président chinois, Xi Jinping, est attendue au Royaume-Uni dans le courant du mois d'octobre.

pn/jb/mr