NOUVELLES
23/09/2015 09:46 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

France: la justice clémente avec une ex-ministre qui avait omis de déclarer une partie de son patrimoine

La justice française a rendu mercredi un jugement clément contre une ex-ministre de François Hollande poursuivie pour des déclarations de patrimoine et d'intérêts incomplètes durant son passage au gouvernement après l'élection en 2012 du président socialiste.

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé l'intéressée, Yamina Benguigui, pour ses défauts de déclarations de patrimoine et, tout en la reconnaissant coupable pour une déclaration d'intérêts incomplète, n'a pas prononcé de peine à son encontre.

Le parquet de Paris a annoncé dans la foulée avoir fait appel de ce jugement.

Yamina Benguigui a été ministre de la Francophonie dans les deux premiers gouvernements du quinquennat de François Hollande, entre mai 2012 et mars 2014.

Lors de son procès début juillet, le procureur avait requis contre elle quatre mois de prison avec sursis et 15.000 euros d'amende.

Ses avocats avaient réclamé sa relaxe en plaidant la bonne foi de leur cliente, piégée par "une loi d'urgence complexe", qui oblige les ministres et parlementaires français, ainsi que certains élus locaux, à déclarer leur patrimoine et vise aussi à prévenir les conflits d'intérêts.

Le jugement de mercredi est le premier rendu en application de cette loi, adoptée en 2013 dans le sillage de l'énorme scandale de l'ex-ministre socialiste du Budget Jérôme Cahuzac, banni de la vie politique pour avoir dissimulé des fonds en Suisse.

Depuis son entrée en vigueur, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, l'organisme indépendant chargé de contrôler les déclarations des responsables publics, a transmis à la justice une dizaine de dossiers concernant pour la plupart des parlementaires de l'opposition de droite.

pr/fff/bpi/at