NOUVELLES
23/09/2015 13:26 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Desharnais rassuré

David Desharnais était de retour à l'entraînement mercredi après avoir été tenu à l'écart depuis lundi en raison d'une blessure au bas du corps. « Par précaution, tient-il à souligner. »

C'est surtout un joueur rassuré qui s'est présenté devant les médias. Rassuré de savoir qu'il joue au centre, sa position naturelle.

« C'est là que je veux être. »

Retour en arrière. Au tournoi de golf annuel du CH, Michel Therrien annonce que Galchenyuk passera de l'aile au centre. Tout de suite, la situation de Desharnais devenait précaire.

Lui-même ne savait pas à quoi s'en tenir et se disait prêt à tout faire pour l'équipe.

« L'incertitude pour un joueur de hockey, c'est parfois plate, raconte Desharnais. »

Si Therrien avait rencontré Galchenyuk pour lui annoncer ses plans en début d'été, il n'avait pas jugé bon de le faire avec Desharnais. Puis il s'est ravisé.

« Michel m'a rencontré et m'a dit que, dans le fond, il ne sentait pas le besoin de me parler parce que pour lui, je restais au centre. Au moins, il me l'a dit. Quand tu sais où tu t'en vas, c'est déjà un gros pas en avant, pour moi, dans ma tête. »

Sauf qu'il se retrouve depuis le début du camp au centre d'un troisième trio. Plus souvent qu'autrement avec Dale Weise à droite. Mercredi Tomas Fleischmann complétait l'unité. Loin de la première unité qu'il pilotait la saison dernière. Mais un rang auquel il accorde moins d'importance qu'auparavant. 

« Maintenant c'est un peu moins important. Les trois trios sont importants, même les quatre. Il faut que tout le monde apporte offensivement. Il y a tellement de choses qui changent durant l'année. Si je commence au sein du troisième, ça me va. »