NOUVELLES
23/09/2015 13:14 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Chine: des prix Nobel de la paix pressent Obama de réclamer la libération d'un dissident

Douze lauréats du prix Nobel de la paix, dont Desmond Tutu et le dalaï lama, pressent Barack Obama de réclamer la libération du dissident chinois Liu Xiaobo à l'occasion de la visite vendredi du président Xi Jinping, selon une lettre publiée mercredi.

Dans ce courrier daté du 2 septembre et dont l'AFP a obtenu une copie, les signataires exhortent le président américain à "appeler publiquement le gouvernement chinois à remettre en liberté" Liu Xiaobo, lui-même lauréat en 2010 du prix Nobel de la paix, et de sa femme Liu Xia.

L'écrivain et intellectuel dissident Liu Xiaobo purge une peine de 11 ans de prison depuis 2009. Il a été condamné et incarcéré pour "subversion".

Peu après, son épouse Liu Xia avait été placée en résidence surveillée, rappelle le courrier des lauréats du prix Nobel de la paix, exigeant qu'elle soit autorisée à "se rendre à l'étranger pour être soignée comme elle l'a demandé".

"Toutes les tentatives pour trouver une solution à leur détention, par le biais de tractations diplomatiques en coulisses, ont échoué", déplorent les 12 signataires, dont l'archevêque sud-africain Desmond Tutu, le dignitaire religieux tibétain dalaï lama, l'ancien président polonais Lech Walesa ou encore David Trimble, ancien chef du Parti unioniste d'Irlande du Nord.

"Nous pensons que si des dirigeants comme vous n'agissent pas rapidement, sur le devant de la scène et en coulisses, la Chine continuera de croire qu'elle peut se comporter avec impunité et sans conséquences", écrivent-ils au président Obama, lui même lauréat du prix Nobel de la paix en 2009.

Le président chinois Xi Jinping est arrivé mardi aux Etats-Unis, commençant sa tournée par un volet économique à Seattle (nord-ouest). Il doit être reçu vendredi, en visite d'Etat, par le président Obama à la Maison Blanche. L'administration américaine a promis que l'épineux dossier des droits de l'homme, libertés politiques et religieuses, figurerait en bonne place dans les échanges au sommet.

Sous la direction de Xi Jinping, le Parti communiste a renforcé ses contrôles sur les voix dissidentes, avec l'arrestation de dizaines d'activistes. Plus de 130 avocats ont par ailleurs été arrêtés ces derniers mois pour interrogatoire, certains étant toujours en détention.

Washington a d'ailleurs haussé le ton ces dernières semaines en réclamant la libération de dissidents.

nr/bdx