NOUVELLES
23/09/2015 12:30 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Chili : Bachelet assure n'avoir "aucune raison de démissionner"

La présidente chilienne Michelle Bachelet a affirmé mercredi n'avoir "aucune raison de démissionner" ni en avoir l'intention, démentant les rumeurs en ce sens alors que la popularité de la dirigeante socialiste est au plus bas après des scandales financiers.

"Je ne vois aucune raison de démissionner et je n'en ai pas l'intention", a-t-elle affirmé sur une télévision locale, un an et demi après son retour au pouvoir, Mme Bachelet ayant déjà été présidente du pays entre 2006 et 2010.

La popularité de la présidente est tombée récemment à son plus bas historique, à 22%, selon un sondage publié le 11 septembre. C'est aussi la popularité la plus faible d'un chef de l'Etat depuis le retour à la démocratie au Chili, alimentant des rumeurs sur une possible démission.

"Ce doit être ceux qui veulent que je démissionne qui ont inventé la rumeur", a déclaré Mme Bachelet. C'est la deuxième fois que la présidente chilienne doit démentir une éventuelle démission, après l'avoir déjà fait en avril.

La présidente, élue pour un mandat de cinq ans, souffre depuis plusieurs mois de la crise politique provoquée par un scandale immobilier impliquant son fils, Sebastian Davalos, et son épouse.

M. Davalos fait l'objet d'une enquête pour "trafic d'influence" et "utilisation d'information privilégiée" après l'obtention d'un prêt immobilier de 10 millions de dollars auprès de la Banque du Chili, en 2013, pendant la campagne électorale.

L'affaire, qui s'est doublée de scandales de corruption touchant le financement des campagnes politique de la gauche et de la droite, a contribué à freiner le rythme de l'ambitieux programme de réformes auquel elle s'était attelée depuis son investiture, en mars 2014, dans un contexte de ralentissement économique.

pa/gfe/lb/ka/pjl