NOUVELLES
21/09/2015 09:02 EDT | Actualisé 21/09/2015 09:05 EDT

Nigeria: au moins 54 morts dans les attentats de dimanche à Maiduguri

A photo taken on July 4, 2015 shows houses burnt by Boko Haram fighters at Zabarmari, a fishing and farming village near Maiduguri, northeast Nigeria.  Several female suicide bombers in northeast Nigeria blew themselves up amid panicked villagers fleeing a Boko Haram attack, killing scores, the army and witnesses said July 4. The latest carnage in series of attacks that have claimed more than 200 lives in just three days happened on Friday night in Zabarmari village, 10 kilometres (six miles) from the city of Maiduguri, the birthplace of the jihadist group. AFP PHOTO/STRINGER        (Photo credit should read STRINGER/AFP/Getty Images)
STRINGER via Getty Images
A photo taken on July 4, 2015 shows houses burnt by Boko Haram fighters at Zabarmari, a fishing and farming village near Maiduguri, northeast Nigeria. Several female suicide bombers in northeast Nigeria blew themselves up amid panicked villagers fleeing a Boko Haram attack, killing scores, the army and witnesses said July 4. The latest carnage in series of attacks that have claimed more than 200 lives in just three days happened on Friday night in Zabarmari village, 10 kilometres (six miles) from the city of Maiduguri, the birthplace of the jihadist group. AFP PHOTO/STRINGER (Photo credit should read STRINGER/AFP/Getty Images)

Au moins 54 personnes ont été tuées dans les attentats perpétrés par le groupe islamiste Boko Haram dimanche à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué lundi des témoins.

Auparavant, l'Agence nationale de gestion des urgences (NEMA) avait prévenu que les explosions avaient fait "un nombre élevé de victimes", sans toutefois fournir de bilan chiffré.

Les secours et des militaires affirment que trois explosions différentes ont eu lieu dimanche dans les quartiers de Gomari et d'Ajilari à Maiduguri, mais, selon les témoins, il y en aurait eu quatre, dont une dans une mosquée et une visant des fans de football attroupés devant un match à la télévision.

"J'ai vu les cadavres de mes propres yeux. Il y a eu quatre explosions distinctes", a témoigné Bashir Ibrahim, qui habite dans la zone urbaine densément peuplée de Gomari, près de l'aéroport de Maiduguri.

La première bombe a tué six personnes avant qu'une deuxième explosion, quelques minutes plus tard, fasse 14 blessés, dont des enfants venus vendre des marchandises à l'endroit du premier attentat, a-t-il décrit.

D'après Trader Faruq Ali, un troisième engin a explosé dans une mosquée de Binta Sugar, un quartier également très peuplé.

"Par chance, seuls quelques personnes étaient en train de prier, mais nous avons recensé 11 cadavres et 21 blessés", a-t-il raconté.

Markus John, réparateur de pneus, explique quant à lui qu'une quatrième bombe a explosé à proximité d'un lieu où des fans de football regardaient un match à la télévision.

"On a compté quatre corps et plusieurs blessés", a-t-il dit.

Une nouvelle vague de violences frappe le nord-est du Nigeria, peuplé en majorité de musulmans, depuis l'investiture, le 29 mai, du président Muhammadu Buhari, qui a érigé en priorité la lutte contre les islamistes.

Boko Haram, qui cherche à instaurer un État islamique dans le nord-est du Nigeria, a tué au moins 15 000 personnes et forcé plus de deux millions de Nigérians à fuir leurs foyers depuis le début de ses combats en 2009.

Boko Haram, qui a perdu le contrôle d'un vaste territoire depuis février, a de plus en plus recours à des techniques de guérilla, telles que le bombardement de cibles civiles ou les attentats-suicides.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Ce que vous devez savoir sur Boko Haram Voyez les images