Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Renault se rapproche de Lotus, le rachat n'est pas loin

Si l'équipe Lotus est encore en vie, c'est grâce à Renault. Et le rachat est prévu d'ici la fin septembre. C'est ce qu'a expliqué le directeur général de Renault Sport F1 à Singapour.

L'équipe a évité la liquidation judiciaire, à Londres, grâce à une lettre de Renault.

« Nous n'avons pas mis un euro chez Lotus, nous avons juste payé un avocat », a dit Cyril Abiteboul dans le paddock de Singapour. Et cet avocat a écrit une lettre qui a rassuré la Haute Cour de Londres.

Le rachat de Lotus par Renault « est toujours notre premier choix » pour l'avenir de la marque française en F1, au-delà de la fin 2015, « mais tout reste ouvert, y compris les dossiers Sauber et Force India ».

La décision de racheter ou pas Lotus sera annoncée par le PDG de Renault, Carlos Ghosn « avant la fin du mois de septembre », a assuré M. Abiteboul.

La prochaine audience de Lotus devant la Haute Cour de Londres est prévue lundi 28 septembre, au lendemain du Grand Prix du Japon.

Le dossier Lotus est devant la Haute Cour de Londres à cause d'une pétition de créanciers lancée au début de l'été.

« Lotus a d'autres moyens de sortir de cette procédure », a estimé Cyril Abiteboul. L'écurie basée à Enstone (centre de l'Angleterre) doit notamment de grosses sommes, correspondant à des taxes et des charges sociales, au ministère du revenu britannique.

La lettre de Renault à la Haute cour de Londres a permis de faire comprendre qu'une liquidation judiciaire risquait de menacer la conclusion de cet accord, ainsi que 400 emplois à l'usine d'Enstone, près d'Oxford, et laisse entendre qu'un accord est proche entre Renault et Lotus.

« Les parties m'ont convaincu qu'il y a une véritable chance que la première étape de l'accord soit signée dans les sept prochains jours, ce qui permettrait à des financements significatifs d'entrer dans la société », a écrit le juge de la Haute cour de Londres, vendredi.

Les discussions durent depuis près de trois mois entre Renault et Genii Capital, le fonds d'investissement luxembourgeois de l'homme d'affaires Gérard Lopez, également présent à Singapour et aussi optimiste que Cyril Abiteboul.

« La lettre de Renault est un signe très positif de leur intérêt pour Lotus », a admis M. Lopez à la télévison française.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.