POLITIQUE
19/09/2015 10:47 EDT

La candidate du Parti vert du Canada fait du porte-à-porte à 17 ans... et essaye d'être convaincante! (VIDÉO)

Elle n’est peut-être pas encore majeure, mais elle ne manque pas de motivation. La jeune candidate du Parti vert, Cassandra Poitras, est au front tous les jours depuis le début de la campagne. Patiemment, elle cogne à chacune des portes des Longueuillois, tentant de les convaincre que malgré son jeune âge, elle a ce qu’il faut pour les représenter à Ottawa.

«On est en septembre, mais on se croirait en juillet tellement il fait chaud!» lance Cassandra Poitras en se dirigeant vers une grande maison bleue du Vieux-Longueuil. Presque tous les soirs, accompagnée de son voisin de circonscription, le candidat Mario Leclerc, la jeune femme de 17 ans va à la rencontre des électeurs de Longueuil-Saint-Hubert.

Ils sont nombreux à reconnaître son visage, et pour cause : son entrée en politique n’est pas passée inaperçue, tous les médias désirant une entrevue avec celle qui pourrait devenir la plus jeune députée de l’histoire du Canada. «L’attention médiatique que j’ai eue au début, ça a été brutal. Mais au moins, les gens me reconnaissent, ça aide à entamer une discussion», confie celle qui soufflera ses 18 bougies le 19 octobre prochain, jour du scrutin.

Bien que reconnue sur le terrain, Cassandra Poitras n’échappe pas aux citoyens sceptiques de sa capacité à devenir députée. «Oui, certains doutent que je sois assez mature, mais moi je leur dis qu’il est possible de changer les choses sans avoir un diplôme universitaire. Peu importe ton niveau d’étude ou ton âge, tu peux changer les choses», affirme-t-elle. Le meilleur exemple : son père, un travailleur du milieu de la construction. «Il m’a tout appris sur la politique, il est très engagé», poursuit-elle, il ferait à ses yeux un excellent député même s’il n’a pas le profil «type» des politiciens.

«Je ne passe pas à côté de ma jeunesse»

Cassandra Poitras admet trouver que la campagne électorale est un marathon exigeant, surtout qu’elle doit continuer ses études secondaires en parallèle, mais elle est convaincue «d’être passionnée par la politique». «Il y a tellement de choses que j’aimerais changer pour assurer un meilleur environnement aux générations futures», dit-elle, les yeux rêveurs.

À son âge, n’aurait-elle pas plutôt envie de faire la fête avec ses amis? «Je n’ai jamais été du genre fêtard. Passer la soirée à boire ou à prendre de la drogue, ce n’est pas mon truc», répond-elle. Elle est convaincue : «Je ne passe pas à côté de ma jeunesse. Si je suis élue, je vais être heureuse d’être hyper occupée, j’aime avoir un horaire très rempli».

Au lieu de s’attarder à son jeune âge, Cassandra Poitras souhaite que les citoyens s’intéressent à ses idées et à sa motivation d’apprendre. «Moi je suis déterminée à devenir une bonne représentante de la communauté. Et ce qui compte le plus, c’est de vouloir».

LIRE AUSSI: «L'urgence ce n'est pas l'indépendance, c'est l'environnement», dit Jici Lauzon, candidat pour le Parti vert du Canada

Galerie photo Pancartes électorales revisitées... Voyez les images