NOUVELLES
18/09/2015 10:02 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Wall Street ouvre en baisse, finalement mécontente de la Fed

Wall Street a ouvert en baisse vendredi, réagissant finalement mal à la décision de la veille de la Réserve fédérale, qui maintient son soutien à l'économie mais n'éclaircit guère les perspectives du marché: le Dow Jones perdait 1,39% et le Nasdaq 1,02%.

Vers 13H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 231,16 points à 16.443,58 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 49,84 points à 4.844,09 points.

L'indice élargi S&P 500, très suivi par les investisseurs, reculait de 1,09%, soit 21,60 points, à 1.968,60 points.

Jeudi, la Bourse de New York avait fini incertaine, les échanges ayant été instables dans les heures après la décision de la Fed: le Dow Jones avait perdu 0,39% à 16.674,74 points, mais le Nasdaq avait pris 0,10% à 4.893,95 points.

Désormais, Wall Street se décide pour une nette baisse, car en évitant de relever ses taux "et en accompagnant ce refus de propos attentistes, la Fed a accru l'incertitude sur sa politique monétaire, ainsi que les inquiétudes sur la croissance mondiale", ont résumé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

A l'issue d'une réunion de politique monétaire sur laquelle régnait une incertitude sans précédent depuis des années, la banque centrale américaine a maintenu ses taux au niveau presque nuls où ils se trouvent depuis 2008.

En agissant ainsi, la Fed conserve en l'état son soutien à l'économie, et Wall Street a, un temps, semblé tentée d'y réagir favorablement, mais, vendredi, les grandes places mondiales baissaient nettement, préférant retenir les inquiétudes de l'institution au sujet des pays émergents, et la Bourse de New York suivait le chemin.

"De notre point de vue, le comité monétaire de la Fed (FOMC) a eu raison, étant donné les indicateurs, de maintenir ses taux inchangés", a jugé Patrick O'Hare, de Briefing. "Hélas, elle a communiqué là-dessus de façon aussi embrouillée qu'à l'habitude".

Il estimait que Janet Yellen, la présidente de la banque centrale, avait tenu un discours assez contradictoire lors de la conférence de presse consécutive à la décision de la Fed, en insistant d'un côté sur les incertitudes de l'économie mondiale, tout en prévenant de l'autre qu'une hausse des taux restait sur les rails pour 2015.

"Pour tout résumer de la décision et des prévisions économiques du FOMC, il laisse le marché esseulé, à se demander quand aura lieu la première hausse des taux", a jugé M. O'Hare.

"Ce que cela garantit, c'est que les marchés vont continuer sur les montagnes russes sur lesquelles il sont depuis août", a-t-il conclu. "Ils vont partir dans tous les sens et secouer à l'occasion leurs passagers lors de la publication d'indicateurs et de propos de responsables de la Fed, entre deux réunions".

Le marché obligataire, qui avait bondi après la décision de la Fed, avançait encore, le rendement des bons du Trésor à dix ans baissant à 2,159% contre 2,196% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,965%, contre 3,011% auparavant.

jdy/chr/bdx