NOUVELLES
18/09/2015 11:08 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

USA: un républicain climato-sceptique boycottera le pape "gauchiste" au Congrès

Au moins un élu républicain du Congrès américain boycottera le discours historique du pape François la semaine prochaine, parce que le souverain pontife a prévu d'évoquer la responsabilité humaine dans le dérèglement climatique.

Paul Gosar, représentant d'une circonscription de l'Arizona et affilié au Tea Party, a expliqué dans une tribune publiée jeudi sur le site townhall.com qu'il s'était d'abord réjoui de recevoir le pape, occasion pour lui d'évoquer la persécution des chrétiens dans le monde, "l'islam violent" et le "génocide" opéré dans les cliniques d'avortement.

Mais "la presse a indiqué que sa Sainteté entendait à la place concentrer son discours sur le changement climatique, un climat qui n'a cessé de changer depuis sa création dans la Genèse", écrit Paul Gosar.

"Quand le pape choisit d'agir et de parler comme un politicien gauchiste, il peut s'attendre à être traité comme tel", poursuit le conservateur. "Il est ridicule de promouvoir une science douteuse comme faisant partie du dogme catholique".

François prononcera un discours jeudi 24 septembre devant la réunion des deux chambres du Congrès, la Chambre des représentants et le Sénat. La visite est historique. Nombre de dirigeants étrangers sont venus s'exprimer devant les élus américains, mais jamais un pape n'avait répondu à l'invitation des parlementaires.

Le pape est très respecté au Congrès, où près d'un élu sur trois est catholique, notamment le président de la Chambre, John Boehner. Mais les républicains, qui détiennent la majorité, ne sont pas idéologiquement alignés avec l'Eglise catholique ou le pape François.

Beaucoup réfutent que l'homme soit responsable du réchauffement du climat, et presque tous sont hostiles aux mesures de Barack Obama pour limiter les émissions de gaz à effet de serre, qu'ils jugent punitives.

Ils ont tenté de bloquer l'accord nucléaire avec l'Iran, que le pape soutient, et sont scandalisés par le rapprochement diplomatique avec Cuba, auquel François a servi d'intermédiaire. Sans compter des vues radicalement différentes sur le capitalisme et l'immigration.

ico/bdx