NOUVELLES
17/09/2015 21:05 EDT | Actualisé 17/09/2016 01:12 EDT

Trois chefs s'affrontent dans le deuxième de cinq débats de la campagne fédérale

OTTAWA — Coincés dans une course serrée à trois, les chefs conservateur, néo-démocrate et libéral ont eu une autre occasion de se différencier l'un de l'autre dans un débat à Calgary, jeudi soir.

Le débat était entièrement consacré à l'économie. Les accusations et les promesses étaient donc toutes accompagnées d'un signe de dollar.

Stephen Harper a bien sûr accusé ses deux rivaux de vouloir augmenter taxes et impôts. Le premier ministre sortant a contrasté ses promesses de dépenses modestes avec celles de ses adversaires.

Justin Trudeau s'est défendu de l'une de ces attaques en affirmant que M. Harper confond taxe et contribution aux régimes de retraite. 

De son côté, Thomas Mulcair a accusé le chef conservateur d'avoir donné mauvaise réputation au Canada et à l'Alberta et ses sables bitumineux. Avec pareil ami, l'Alberta n'a pas besoin d'ennemis, a ironisé le chef néo-démocrate.

Pendant que les trois hommes s'échangeaient toutes ces attaques, la leader du Parti vert, Elizabeth May, s'en remettait à Twitter pour participer au débat, sans y être.

La Presse Canadienne