NOUVELLES
18/09/2015 16:13 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Rouvrir la Constitution pour le Sénat et le niqab, suggère un député du NPD

LAC-MÉGANTIC, Qc — En désaccord «personnellement» avec le port du niqab lors de la prestation du serment de citoyenneté, un député néo-démocrate lance l'idée d'amender la Charte canadienne des droits et libertés afin de revisiter la notion de liberté de religion.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD), qui espère obtenir le mandat de négocier avec les provinces pour rouvrir la Constitution afin d'abolir le Sénat, pourrait faire d'une pierre deux coups et profiter de l'opportunité pour régler aussi le dossier du niqab, suggère son porte-couleurs dans Mégantic—L'Érable.

«Thomas Mulcair est prêt à ouvrir la Constitution sur le Sénat, donc pourquoi il ne serait pas prêt à l'ouvrir sur cette question-là?», soumet Jean-François Delisle en entrevue avec La Presse Canadienne dans un café de Lac-Mégantic, vendredi.

Le candidat néo-démocrate ne s'en cache pas: il est en désaccord avec le port du niqab aux cérémonies de citoyenneté. «Avoir le visage couvert pour une cérémonie d'assermentation, je ne suis pas en accord avec ça, et je suis à l'aise de le dire, et je pense que mon parti aussi est à l'aise de dire ça», affirme-t-il.

Ce n'est pas tout à fait le cas — dans ce dossier, les candidats québécois marchent plus souvent qu'autrement sur des oeufs. Et l'enjeu, qui s'est invité dans la campagne électorale au cours des derniers jours, place les néo-démocrates dans une position plus inconfortable face à leurs adversaires, qui sont plus catégoriques.

Les conservateurs y sont farouchement opposés, tout comme les bloquistes. Les libéraux, de leur côté, invoquent la Charte canadienne des droits et libertés, et plaident que le port du niqab à ces événements constitue un droit individuel dont la majorité ne peut priver une minorité.

La position légaliste du NPD est la plus pertinente, suggère M. Delisle. «Actuellement, il y a une Charte des droits et libertés. Cette charte-là donne des droits aux gens, et comme politicien et comme législateur, si on veut changer ça, il va falloir changer ladite Constitution», dit-il

Cette avenue devrait être explorée considérant à quel point la société a évolué depuis le rapatriement de la Constitution au début des années 1980, analyse le candidat du NPD.

«La liberté de religion qui était, dans les années 1980, celle qui était prônée par les élus en place, ce n'est plus nécessairement la même liberté de religion qu'on a aujourd'hui», affirme Jean-François Delisle.

«Depuis les années 1980, le monde a changé. Il est arrivé beaucoup de mouvements radicaux de toutes sortes. Je n'aimerais pas ça voir le type de religion qui pourrait s'inventer dans les prochaines années si la liberté de religion devenait une liberté plus forte que les droits collectifs des gens», ajoute-t-il.

S'il a bien voulu discuter ouvertement du sujet, Jean-François Delisle l'a fait en accusant à quelques reprises les conservateurs d'avoir planifié leur coup dans ce dossier. En pleine période électorale, ils veulent éviter de discuter des véritables enjeux et galvaniser leur base, croit-il.

La discussion autour du niqab émane d'une cause qui s'est retrouvée jusqu'en Cour d'appel fédérale — celle de Zunera Ishaq, une femme de 29 ans qui est arrivée en Ontario en provenance du Pakistan en 2008 et qui avait refusé de participer à une cérémonie de citoyenneté canadienne en 2013 parce qu'elle devait se dévoiler.

En début de semaine, la Cour d'appel fédérale a déterminé que la directive ministérielle interdisant aux musulmanes d'avoir le visage voilé lors des prestations de serment était invalide.

Quelques heures plus tard, dans un très bref communiqué, le ministre fédéral de l'Immigration, Chris Alexander, a confirmé que son gouvernement demanderait la permission d'en appeler à la Cour suprême du Canada.

Puis, vendredi, les conservateurs ont demandé la suspension du jugement en faveur de Mme Ishaq en attendant que la Cour suprême se penche sur l'affaire.

Mélanie Marquis, La Presse Canadienne