NOUVELLES
18/09/2015 13:52 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Reykjavik, qui boycotte Israël, sur la liste noire du centre Wiesenthal

La capitale islandaise, Reykjavik, a rejoint vendredi la liste noire des lieux déconseillés aux touristes juifs par le Centre Simon-Wiesenthal, après la décision de la municipalité de boycotter les produits israéliens.

Le conseil municipal, sous l'impulsion de sa majorité de gauche, avait adopté mardi une résolution pour demander à son service d'achats de ne plus se fournir en Israël tant que le pays "occupera militairement les territoires palestiniens".

Le lendemain, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères israélien, Emmanuel Nahshon, avait dénoncé "un volcan de haine (...) sans aucune raison ni justification".

La Turquie est le seul autre endroit au monde pour lequel le Centre Simon-Wiesenthal, organisation non gouvernementale qui a son siège à Los Angeles, a lancé un "avertissement" aux Juifs du monde entier.

"L'Islande est une destination touristique importante, y compris pour beaucoup de groupes de touristes juifs et israéliens. Cependant, à l'heure où les élus de cette ville adoptent une loi extrémiste anti-Israël et antisémite, nous conseillons la prudence à tout membre d'une communauté juive qui voudrait s'y rendre", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Un rabbin de l'organisation a "exprimé son inquiétude quant à la possibilité que la politique de Reykjavik crée un environnement hostile aux Israéliens et aux autres Juifs".

Le gouvernement de centre droit au pouvoir en Islande a critiqué vendredi la municipalité, affirmant que ce boycott instituait une discrimination, donc était illégal.

La résolution "n'est ni conforme à la loi islandaise ni aux obligations en matière de marchés publics dans le cadre de l'Organisation mondiale du commerce", a écrit le ministère des Affaires étrangères dans une déclaration transmise à l'AFP.

Il a relevé que le réseau diplomatique et les offices de tourisme islandais avaient été contactés par des voyagistes inquiets, et qu'il y avait "déjà eu un certain nombre d'annulations" de voyages vers le pays, pour lequel le tourisme est une ressource cruciale.

hh/gkg