NOUVELLES
18/09/2015 15:05 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

RDC : les Congolais aspirent à l'indépendance "autant" qu'à la "démocratisation" (pouvoir)

Les partis politiques qui soutiennent le président Joseph Kabila ont estimé vendredi à Kinshasa que le peuple congolais aspire à "l'indépendance totale" de la République démocratique du Congo "autant", si ce n'est davantage, qu'à "la démocratisation de la vie publique".

"Le peuple congolais aspire légitimement à son indépendance totale et à celle de son pays, autant qu'à son plein épanouissement qui passe aussi, mais pas seulement, par la démocratisation de la vie publique", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, au nom de la Majorité présidentielle (MP), lors d'une conférence de presse.

Cette rencontre avait été organisée pour riposter à la décision annoncée jeudi par sept partis ("G7") de quitter la MP faute de pouvoir y faire entendre leur point de vue après la révocation de deux de leurs chefs exerçant des fonctions au sein de l'exécutif.

Le feu couvait depuis lundi avec la publication d'une lettre ouverte du G7 au chef de l'État enjoignant celui-ci de ne pas céder à la tentation de s'accrocher au pouvoir mais de préparer l'alternance au sein de sa majorité en vue de la présidentielle devant avoir lieu en 2016.

M. Kabila est au pouvoir depuis 2001 et la Constitution lui interdit de briguer un nouveau mandat. Il entretient cependant le doute sur ses intentions et son avenir politique, et l'opposition le soupçonne depuis des mois de chercher à tout faire pour rester en place plus longtemps, au besoin en retardant les échéances électorales.

La Constitution "n'est menacée par personne", a affirmé M. Mende, "aucun acte ne crédibilise une telle insinuation".

Le porte-parole du gouvernement a accusé le G7 d'être à la solde d'"officines néocolonialistes", responsables selon lui des drames vécus par le pays au cours des "trente dernières années", et d'avoir de ce fait une "appréciation viciée" des aspirations réelles du peuple congolais.

Pays au sous-sol extrêmement riche, la RDC a accédé à l'indépendance en 1960. A partir de 1965, elle a été livrée à la dictature du maréchal Mobutu, soutenu par les Occidentaux pratiquement jusqu'à sa chute en 1997.

Ravagé par un conflit régional de 1998 à 2003 le pays continue d'être déstabilisé dans sa partie orientale par des dizaines de milices dont les activités sont alimentées par le trafic de ressources naturelles.

Pour M. Mende, la "démocratisation intégrale" de la RDC passe par "la libération" du pays "des chaînes d'oppression essentiellement économiques qui entravent son indépendance réelle et menacent l'unité nationale et l'intégrité du territoire".

mbb/mj/sba