NOUVELLES
18/09/2015 02:43 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Objets connectés et données, nouvelle mine pour le secteur de l'énergie

En perpétuelle recherche d'efficacité et de maîtrise de ses coûts dans un marché concurrentiel, le secteur de l'énergie s'est saisi des opportunités offertes par les objets connectés et l'analyse des données, au point d'être aujourd'hui parmi les pionniers en la matière.

Un enjeu suffisamment important pour pousser un groupe comme Chevron à dépenser plus de 5 milliards de dollars chaque année dans son équipement informatique et connecté et à "engager beaucoup d'ingénieurs en logiciels ou de scientifiques spécialisés dans l'analyse des données, et non pas seulement nos habituels ingénieurs informatiques ou pétroliers", explique Sebastian Grass, directeur technologique pour le groupe en Amérique du Nord.

"Les compagnies pétrolières ont fait de l'internet des objets depuis des décennies. Dans les faits, c'est un des secteurs leaders sur l'usage des objets connectés sur le terrain et ils produisent une quantité phénoménale de données, c'est un espace de travail très intéressant", analyse Rod Anliker, directeur exécutif en charge de l'architecture des réseaux chez HP.

Pour l'entreprise informatique, qui travaille avec le groupe brésilien Petrobras, les données servent au secteur pétrolier " à améliorer les procédures de sécurité tout en offrant une meilleure productivité", même s'il n'utilise au final qu'un pour cent des données produites, selon Rod Anliker.

"Si par exemple vous voyez qu'il y a un problème sur une partie d'une de vos installations, vous pouvez adapter l'ensemble du système, au lieu de tout arrêter le temps de trouver ce qui ne fonctionne pas, ce qui coûterait beaucoup d'argent. Désormais vous n'arrêtez que si vous n'avez pas d'autre choix", détaille-t-il.

"Nous tentons d'optimiser nos actions en nous basant sur les données en temps réel que nous possédons, de manière à faire évoluer les opérations aussi rapidement que possible. D'une manière générale, l'analyse des données nous permet d'économiser des millions, si ce n'est des milliards de dollars chaque année", assure M. Grass.

- "Arbre à vent connecté" -

Plus récent, le secteur des énergies renouvelables a lui aussi rapidement vu l'intérêt des données et de la connectivité dans ses usages.

WindRiver, filiale d'Intel, aide ainsi RENI, filiale éolienne de l'énergéticien italien ENI, à "comprendre quand il est opportun de mener leurs opérations de maintenance, via l'analyse des données", afin "d'agir au bon moment, de raccourcir ou d'allonger la durée de maintenance en connaissance de cause", explique à l'AFP Stefan Linquist, ingénieur de l'entreprise en Suède.

"Au-delà des aspects de maintenance, notre Arbre à Vent sera connecté afin de permettre le suivi et la visualisation des données par nos clients. A terme, des outils permettront sans doute d'optimiser la prévision de génération", assure Aymar de la Mettrie, directeur recherche et développement de la startup NewWind, qui développe actuellement une éolienne urbaine en forme d'arbre.

Pour l'entreprise, cela permet également de faire évoluer son produit-phare, "nous pourrons télécharger des mises à jour et faire évoluer les aspects de performances ou modifier les données à capter", souligne-t-il.

D'autres startups ont choisi d'investir directement le terrain de la donnée, toujours dans un souci d'optimisation de la production électrique, comme Reuniwatt, entreprise réunionnaise d'une quinzaine de personnes, qui "utilise différents types de capteurs et données pour fournir une prévision de quelques secondes à plusieurs heures" aux exploitants de panneaux solaires.

"Lorsqu'un nuage passe, la production peut chuter de 75%, il est donc très important pour la gestion du réseau d'anticiper ces baisses de production afin d'éviter un éventuel blackout", Marion Lafuma, en charge de l'antenne parisienne de l'entreprise.

"L'objectif, c'est de favoriser l'usage des énergies renouvelables en permettant de mieux anticiper les évolutions de la production. Cela joue également un rôle pour les systèmes de stockage, en permettant de mieux les utiliser et donc de prolonger leur durée de vie", ajoute-t-elle.

Pour l'ensemble des acteurs, il ne fait aucun doute que les objets connectés sont déjà largement intégrés au fonctionnement du secteur.

"Lorsque nous jetons un oeil à ce que font nos clients dans ce secteur, nous avons le sentiment qu'ils dessinent le futur de l'usage des données et des objets connectées", conclut Rod Anliker.

els/fpo/ros

CHEVRON

PETROBRAS - PETROLEO BRASILEIRO

INTEL

ENI