NOUVELLES
18/09/2015 12:44 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Mondial-2015 - Afrique du Sud - De Villiers: le Japon est "un vrai test"

Le capitaine des Springboks Jean de Villiers a estimé vendredi que le premier match du Mondial-2015 contre le Japon constituait "un vrai test" pour l'Afrique du Sud, afin de confirmer "les bonnes vibrations" ressenties pendant la préparation.

Q: Avez-vous travaillé des points spécifiques cette semaine pour affronter le Japon?

R: "Vous voulez que je vous faxe le plan de match? (sourire) L'essentiel de la préparation a été effectuée en Afrique du Sud. Quand nous parlons des derniers réglages, ce sont tous les petits détails qui doivent être travaillés, comme tenir compte de l'adversaire. Mais, plus le rugby change, plus il reste le même. Nous n'allons pas changer grand-chose. Nous avons vu les forces des Japonais, et nous avons aussi constaté certaines de leurs faiblesses. Et nous aimerions en profiter."

Q: Avez-vous des objectifs, autres que la victoire, pour ce match?

R: "Nous connaissons nos forces, nos faiblesses, et celles de l'adversaire. Nous devons être capable d'installer le momentum en notre faveur et nous assurer de faire ce que nos avons travaillé à l'entraînement. Nous cherchons vraiment à progresser à chaque match. Le score final n'est pas un objectif, mais c'est la façon dont nous exécutons les choses qui compte. Evidemment, nous voulons gagner, mais nous avons des points de passage à valider pour récolter les fruits de notre travail. Demain, ce sera un vrai test pour nous."

Q: Vous êtes capitaine depuis quatre ans. Cela est-il différent pendant une Coupe du monde?

R: "Etre à la coupe du monde, c'est vraiment spécial. Et être capitaine est quelque chose qui me rend très fier. C'est vraiment un groupe spécial. Ils ne sont pas que d'excellents joueurs de rugby, ce sont aussi des bons gars. De nombreuses amitiés se sont créées ces dernière années. C'est super d'aller à la bataille avec des gars que tu apprécies. Les vibrations sont vraiment bonnes, l'attitude à l'entraînement aussi. Qu'il pleuve ou qu'il fasse beau, les gars sont vraiment engagés à fond. Je crois que tous les gars comprennent que tout le monde n'a pas l'opportunité de jouer une Coupe du monde. Nous voulons rendre le pays fier, quand nous portons le maillot vert."

Propos recueillis en conférence de presse.

mam/dhe