NOUVELLES
18/09/2015 14:46 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Le Japon adopte des lois de défense controversées

Le Parlement japonais a approuvé dans les premières heures de samedi des lois de défense qui permettraient l'envoi pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale de soldats dans un conflit à l'étranger.

Les sénateurs ont voté en séance plénière ces textes donnant une nouvelle interprétation de la Constitution pacifiste du pays, après des débats houleux et alors que la foule manifestait devant le Parlement.

Samedi vers 02H15 locale (vendredi 17H15 GMT), le président du Sénat, Masaaki Yamazaki, a annoncé l'adoption par 148 voix pour et 90 contre.

Les manifestants suivaient, le visage grave, les événements sur leurs téléphones et ordinateurs. Au moment de l'annonce du résultat du scrutin, les cris ont redoublé: "Abe démission !", "anticonstitutionnel ! ", "protégeons la Constitution ", "retirez ces lois de guerre".

Le tout se déroulait dans une ambiance bon enfant et de façon organisée, des gens passant parmi la foule pour distribuer des gobelets d'eau. Aux slogans en japonais s'ajoutaient des pancartes en anglais: "Abe's war, we say no" (C'est la guerre d'Abe: nous disons non), "Spread peace not war" (répandez la paix pas la guerre).

Pour ceux qui s'y opposent, ces textes, censés permettre au Japon d'intervenir pour défendre un allié, vont à l'encontre du renoncement à la guerre inscrit dans l'article 9 de la Charte fondamentale imposée en 1947 par les Etats-Unis.

Selon ses détracteurs, cette nouvelle lecture de la Constitution pourrait précipiter le pays aux côtés des Américains dans des guerres au bout du monde.

Mais le Premier ministre de droite, Shinzo Abe, affirme qu'une évolution légale est nécessaire face aux menaces grandissantes venant de Chine et de Corée du Nord. M. Abe estime qu'il s'agit d'une normalisation de la situation militaire du Japon, limité depuis la fin de la guerre à l'autodéfense et à des missions d'aide humanitaire ou logistique.

"C'est une législation nécessaire pour protéger la vie des gens et leur existence en paix et afin de prévenir la guerre", a déclaré M. Abe à la presse.

"Nous voulons poursuivre notre diplomatie de paix tout en prenant toutes les mesures nécessaires" de préparation à un conflit, a expliqué M. Abe.

Des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues au cours de manifestations quasi quotidiennes contre ces lois ces dernières semaines, une mobilisation d'une ampleur rare dans l'archipel.

Scène exceptionnelle aussi dans un Parlement japonais à l'atmosphère habituellement feutrée, des sénateurs en étaient venus aux mains jeudi avant d'approuver en commission cette législation proposée par le gouvernement de M. Abe.

si-anb-kap-uh/gg