NOUVELLES
18/09/2015 00:45 EDT | Actualisé 17/09/2016 01:12 EDT

La police bavaroise se prépare à éviter la rencontre entre buveurs et réfugiés à la fête de la bière

Munich s'apprête à accueillir à partir de samedi sa traditionnelle fête de la bière et six millions de visiteurs, en plein afflux de réfugiés en Bavière, conduisant les autorités à renforcer leurs mesures pour éviter tout débordement.

Pour cette 182e édition de l'Oktoberfest, la police a prévu de tout faire pour s'assurer que l'inévitable choc culturel entre amateurs de bière en très grande quantité et demandeurs d'asile, souvent musulmans, ne dégénère.

"Notre but est de séparer les différents groupes pour qu'aucune situation de conflit n'apparaisse", a déclaré le ministre bavarois de l'Intérieur, Joachim Herrmann.

"Surtout ces demandeurs d'asile de pays musulmans ne sont pas habitués à rencontrer en public des gens extrêmement ivres", a-t-il relevé.

Par ailleurs, des appels de militants d'extrême droite à un rassemblement samedi devant la gare de Munich ont été relayés sur les réseaux sociaux sous le mot d'ordre "Manifestation anti-asile".

Depuis le 1er septembre, quelque 75.000 migrants sont arrivés dans la seule Bavière, région conservatrice du sud de l'Allemagne, en provenance d'Autriche après un long périple à travers l'Europe.

Les nouveaux arrivants sont moins nombreux à Munich depuis la réintroduction dimanche de contrôles à la frontière autrichienne, où ils sont désormais pris en charge. Mais les arrivées restent quotidiennes à la gare de la capitale bavaroise et la Bavière dans son ensemble en a encore accueilli 9.100 pour la seule journée de mercredi.

Wilfried Blume-Beyerle, chargé de l'Oktoberfest au sein du gouvernement bavarois, a dès lors expliqué que les visiteurs de la fête de la bière seront orientés vers la sortie sud de la gare, près du Wiesn, le lieu du rassemblement des buveurs.

Les migrants sortiront eux par le nord où des volontaires les accueillent tous les jours avec de la nourriture, des boissons et d'autres produits de première nécessité.

- Un milliard de revenus -

"Mais j'imagine que des gens qui sont ici depuis un peu plus longtemps, qui ont déposé leurs demandes d'asile en Bavière, vont être curieux et vont aller voir le Wiesn", glisse Colin Turner, un porte-parole des bénévoles aidant les migrants.

Pour la seule journée de samedi, 400.000 participants sont attendus à l'Oktoberfest. L'année dernière, les 6,3 millions de visiteurs avaient consommé 6,5 millions de litres de bières.

La sécurité est d'autant plus cruciale pour ce point d'orgue du tourisme bavarois que cette fête rapporte en 16 jours environ un milliard d'euros à l'économie locale.

Le dirigeant conservateur de la Bavière Horst Seehofer, qui s'est illustré par ses critiques contre la politique d'ouverture vis-à-vis des migrants de son alliée la chancelière Angela Merkel, avait la semaine dernière jugé crucial que Munich cesse de recevoir l'essentiel des demandeurs d'asile.

"J'ai demandé à ce que des mesures appropriées soient prises pour que, durant les deux semaines de l'Oktoberfest, Munich ne soit plus la tête de pont des arrivées qu'elle est devenue", avait-il dit.

Cette sortie, avant la réintroduction des contrôles frontaliers et la baisse des arrivées à Munich, lui avait valu de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux pour son manque de compassion.

Mais chez les Bavarois, le sujet des migrants suscite des réactions ambivalentes.

Buvant une blonde dans un "Biergarten" typique, Ursula Stellenberger, 70 ans, se dit "fière" de l'accueil réservé par les Munichois ces dernières semaines aux Syriens, Afghans et Irakiens fuyant les conflits déchirant leurs pays.

"Mais où cela va-t-il s'arrêter ?" se demande-t-elle néanmoins, dans sa robe traditionnelle bavaroise.

"Combien vont encore venir ? Où vont-ils dormir ? Qui va les nourrir ? Nous voulons aider mais il y a aussi des Allemands pauvres qui ont besoin d'aide", dit-elle, reprenant un discours courant dans cette région conservatrice et catholique.

dlc-alf/cfe/myl