NOUVELLES
18/09/2015 14:34 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

La Hongrie a accepté de laisser entrer les migrants "vulnérables" venant de Croatie, selon Zagreb

La Hongrie a convenu avec la Croatie de laisser entrer sur son territoire les migrants "vulnérables", a affirmé vendredi la ministre croate des Affaires étrangères Vesna Pusic.

"La Croatie et la Hongrie ont convenu de coopérer et de laisser les groupes de migrants vulnérables entrer en Hongrie", a déclaré Mme Pusic à l'AFP.

"Ce n'est pas un couloir" de migration, a-t-elle souligné, sans donner de détails.

Aucune confirmation n'a cependant été fournie de source hongroise dans l'immédiat.

Le chef de la diplomatie hongroise, Peter Szijjarto, avait auparavant nié tout accord avec la Croatie sur le passage des migrants, accusant Zagreb d'encourager les migrants à franchir "illégalement" la frontière entre les deux pays.

"Les policiers affirment qu'il existe un accord avec le ministère hongrois de l'Intérieur mais cela est faux, nous n'avons jamais conclu un tel accord" avait déclaré M. Szijjarto.

Une vingtaine de bus chargés de migrants ont franchi cette frontière vendredi, et des dizaines d'autres attendaient de pouvoir le faire dans la soirée.

Plus de 17.000 migrants sont entrés depuis jeudi matin en Croatie, selon les autorités croates qui se disent "débordées".

Le Premier ministre croate, Zoran Milanovic, a eu un entretien téléphonique avec la chancelière allemande Angela Merkel, portant sur cette situation, a par ailleurs indiqué le gouvernement dans un communiqué.

"Ils ont convenu que le problème devait être résolu aux frontières extérieures de l'Union européenne", a affirmé le gouvernement croate.

Le flux de migrants a commencé à se détourner vers la Croatie cette semaine après la fermeture par la Hongrie mardi de l'intégralité de sa frontière avec la Serbie, par où plusieurs dizaines de milliers de réfugiés avaient transité ces dernières semaines.

Partisan d'un ligne dure dans ce dossier, le gouvernement hongrois a commencé à disposer des barbelés sur sa frontière croate, après en avoir fait de même cet été sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie.

ljv-ks/lpt/gg