NOUVELLES
18/09/2015 19:26 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Géorgie: un dirigeant de l'opposition condamné à une peine de prison

Un dirigeant de l'opposition géorgienne, Guigui Ougoulava, ancien maire de Tbilissi, a été condamné vendredi à quatre ans et six mois de prison pour malversations, une sentence qu'il a dénoncée comme ayant des fins politiques.

Jeudi, un tribunal géorgien avait ordonné la libération de M. Ougoulava, allié de l'ancien président géorgien Mikheïl Saakachvili, qui était en détention provisoire depuis juillet 2014. La Cour constitutionnelle de Géorgie avait auparavant estimé que sa détention provisoire de 14 mois était illégale.

Vendredi, le juge a initialement prononcé une sentence de neuf années d'emprisonnement, mais cette peine a été diminuée conformément à une amnistie votée par le parlement géorgien en 2012.

M. Ougoulava était accusé d'avoir fourni des emplois fictifs à des centaines de militants du parti de M. Saakachvili à la mairie de Tbilissi.

L'avocat de l'opposant, Beka Basilaia, a déclaré à l'AFP qu'il ferait appel de cette sentence "illégale et ayant des motifs politiques", affirmant qu'il n'y avait aucune preuve de la culpabilité de son client. L'avocat a également dénoncé la "chasse aux sorcières" menée selon lui par "le gouvernement contre les opposants politiques".

M. Ougoulava fait partie de la dizaine d'anciens hauts responsables poursuivis par la justice depuis que son parti, le Mouvement national uni (MNU, pro-occidental), a perdu les élections législatives de 2012 face à la coalition du Rêve géorgien, toujours au pouvoir à Tbilissi.

S'exprimant devant le tribunal à Tbilissi devant des centaines de ses partisans, M. Ougoulava a accusé le milliardaire et ancien Premier ministre Bidzina Ivanichvili d'avoir orchestré les poursuites à son encontre.

M. Ivanichvili a quitté volontairement son poste de Premier ministre en 2013 et a choisi pour lui succéder son proche allié Irakli Garibachvili, mais il est largement considéré comme tenant toujours en coulisse les rênes du pouvoir en Géorgie.

im/mr/plh