NOUVELLES
18/09/2015 11:17 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Des milliers de Jordaniens manifestent contre les "violations" israéliennes à Al-Aqsa

Des milliers de Jordaniens ont manifesté vendredi à Amman et dans d'autres villes du royaume, contre ce qu'ils dénoncent comme les "violations" israéliennes de l'esplanade des Mosquées un des lieux saints de l'islam à Jérusalem, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Sous le slogan "vendredi de colère, nous nous sacrifions tous pour Al-Aqsa" (nom de la mosquée qui donne souvent son nom à l'esplanade), environ 4.000 personnes ont manifesté dans le centre de la capitale Amman, à l'appel des Frères musulmans jordaniens.

"Al-Aqsa est en danger", "Nous sommes tous prêts à nous sacrifier" pour cette mosquée, indiquaient des pancartes brandies dans le cortège.

"Le peuple veut libérer la Palestine", "Al-Aqsa ne te fais pas de souci, nous adorons la couleur du sang", ont entre autres scandé les manifestants qui agitaient des drapeaux jordaniens et des Frères musulmans.

Des milliers d'autres personnes ont également manifesté dans le reste du pays comme à Al-Zarqa, Al-Salt, Irbid, Karak et al-Aqaba, selon l'agence Petra.

A Amman, des dizaines d'opposants de gauche ont manifesté à quelques centaines de mètres de l'ambassade israélienne dans l'ouest de la capitale, sous haute surveillance policière, brandissant des pancartes sur lesquelles était écrit: "est-ce que la protection de l'ambassade israélienne est plus importante que la protection d'Al-Aqsa?".

La Jordanie, liée à Israël par un traité de paix, est la gardienne de l'esplanade des Mosquées selon le statu quo de 1967.

Palestiniens et policiers israéliens se sont affrontés cette semaine à plusieurs reprises cette semaine sur cette esplanade sacrée pour les musulmans et les juifs.

Les Palestiniens s'inquiètent notamment d'un nombre croissant de visiteurs juifs sur ce lieu et des revendications de souveraineté de certains officiels israéliens.

La Jordanie a multiplié cette semaine les déclarations et initiatives diplomatique en vue d'arrêter "les violations israéliennes".

Lundi, le roi Abdallah II de Jordanie avait mis en garde Israël contre toute "nouvelle provocation", qui "affecterait la relation" entre les deux Etats. En novembre dernier, Amman avait rappelé son ambassadeur après des heurts similaires.

msh/ila/iw