NOUVELLES
18/09/2015 13:28 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Croatie : des dizaines de bus de migrants traversent la frontière hongroise (AFP)

Une vingtaine de bus de migrants affrétés par la Croatie ont traversé vendredi soir la frontière hongroise à Beremend tandis que des dizaines d'autres attendaient de pouvoir passer à leur tour, selon des journalistes de l'AFP.

L'opération s'effectue à chaque fois selon le même rituel: les bus croates passent la frontière, les passagers sont débarqués puis transférés dans des bus hongrois.

Les migrants sont alors convoyés vers des centres d'enregistrement à Szentgotthard au sud-ouest et à Vamosszabadi à l'ouest, deux villes proches de la frontière autrichienne, a indiqué une porte-parole de la police à l'agence nationale MTI.

Selon un journaliste de l'AFP, une trentaine de bus avec environ une soixantaine de personnes à bord attendaient de pouvoir franchir à leur tour la frontière vers 17H00 GMT. La situation était calme.

Ils faisaient face à environ 200 policiers et 50 militaires hongrois chargés de garder la frontière, que Budapest a souhaité fermer au flux de migrants.

Peu auparavant, Zagreb avait confirmé avoir entamé l'acheminement des migrants du Moyen-Orient se trouvant sur son sol vers la frontière avec la Hongrie, se disant "saturé" avec l'arrivée de plus de 15.000 migrants sur son territoire depuis mercredi

Le flux de migrants a commencé à se détourner vers la Croatie cette semaine, après la fermeture par Budapest mardi de l'intégralité de sa frontière avec la Serbie, par où plusieurs dizaines de milliers de réfugiés avaient transité ces dernières semaines.

Partisan d'un ligne dure dans ce dossier, le gouvernement hongrois a commencé à disposer des barbelés sur sa frontière croate, après en avoir fait de même cet été sur les 175 km de sa frontière avec la Serbie.

Le ministre hongrois des Affaires étrangères Peter Szijjarto a accusé vendredi la Croatie d'encourager les migrants, présents sur son territoire, à violer la loi, en les acheminant à la frontière avec la Hongrie qu'il franchissent illégalement.

"Au lieu de respecter les règles en vigueur dans l'UE, ils (Zagreb) encouragent les masses à violer la loi, car franchir illégalement une frontière c'est violer la loi", a déclaré M. Szijjarto à Belgrade à l'issue d'un entretien avec son homologue serbe Ivica Dacic et le ministre serbe de l'Intérieur Nebojsa Stefanovic.

"Actuellement le gouvernement croate s'applique à acheminer les migrants, contrairement aux règles en vigueur au sein de l'Union européenne, vers la frontière avec la Hongrie au lieu de leur assurer un logement et de répondre à leurs besoin", a dit le chef de la diplomatie hongroise.

M. Szijjarto a démenti l'existence d'un accord quelconque avec les autorités croates sur le transport de migrants depuis la frontière hongroise vers la frontière de l'Autriche.

"Les policiers affirment qu'il existe un accord avec le ministère hongrois de l'Intérieur mais cela est faux, nous n'avons jamais conclu un tel accord" a insisté M. Szijjarto.

Face à l'afflux de migrants en quête de gagner l'Europe occidentale, depuis la Serbie, les autorités croates ont décidé jeudi de fermer "jusqu'à nouvel ordre" sept des huit passages frontaliers avec son pays voisin.

Cette décision maintient la pression sur l'Union européenne, dont les dirigeants se retrouvent la semaine prochaine pour tenter de surmonter leurs divisions face à cette crise.

bur-cn-mg/ilp/pjl