NOUVELLES
17/09/2015 22:05 EDT | Actualisé 17/09/2016 01:12 EDT

Canada/élection: Harper attaqué sur son bilan par ses adversaires

Le Premier ministre conservateur sortant Stephen Harper a dû défendre, jeudi lors d'un débat électoral, un bilan économique mis à mal par la chute du pétrole face à des adversaires promettant emplois et protection de l'environnement.

Dès le départ, oubliant volontairement de répondre à la question du modérateur sur son plan pour créer des emplois, le chef du parti libéral (centre) Justin Trudeau a fustigé le bilan du gouvernement en place depuis près de 10 ans.

"M. Harper n'a pas seulement le pire bilan en termes de créations d'emplois depuis la seconde guerre mondiale, il a aussi le pire record pour la croissance depuis la grande dépression" des années 30, a-il lancé au cours d'un débat à un mois des législatives.

Le Premier ministre, qui brigue un quatrième mandat, a une nouvelle fois mis le ralentissement de l'activité sur le compte des déséquilibres externes. Il s'est en revanche félicité d'avoir réussi à rétablir les finances publiques car le meilleur moyen "de protéger notre économie est de s'assurer que notre budget est équilibré", a déclaré M. Harper.

De son côté, Thomas Mulcair, leader du Nouveau parti démocratique (NPD, gauche) a ironisé sur la stratégie des conservateurs privilégiant les industries pétrolières, particulièrement en Alberta avec l'exploitation des sables bitumineux.

"M. Harper a mis tous ses oeufs dans le même panier, et il a laissé tomber son panier", a ajouté M. Mulcair qui a été attaqué sur son projet de vouloir augmenter le taux d'imposition des bénéfices pour les grandes entreprises.

Interrogé sur l'environnement, Stephen Harper, qui a sorti le Canada du protocole de Kyoto en 2011, a noté que son gouvernement "investit chaque année environ un milliard de dollars dans les énergies renouvelables" et pas uniquement dans le pétrole.

Le candidat libéral, plus pugnace, a déploré que M. Harper ait choisi "de dire qu'il n'est pas possible de bâtir une économie solide si vous protégez l'environnement". Or, les libéraux ne voient pas de contradiction et investiront 20 milliards dans les 10 ans dans les infrastructures écologiques pour "évoluer vers les énergies renouvelables".

Le NPD préfère s'en tenir à des "principes de base pour le développement durable, soit de s'assurer que le pollueur paye pour la pollution qu'il génère".

mbr/plh