NOUVELLES
18/09/2015 07:52 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Burkina Faso: le président intérimaire est libéré par les mutins

OUAGADOUGOU, Burkina Faso — L'armée du Burkina Faso a relâché vendredi le président intérimaire du pays, qui avait été arrêté lors du coup d'État qui a renversé son gouvernement.

Le premier ministre demeure toutefois assigné à domicile.

Le coup d'État a été orchestré par des membres de la garde présidentielle de l'ancien président Blaise Compaoré, qui a été chassé l'an dernier par les manifestations populaires qui ont éclaté quand il a tenté de prolonger son règne de 27 ans.

Un communiqué diffusé vendredi par la junte militaire annonce la libération de Michel Kafando, un ancien ambassadeur des Nations unies qui avait été choisi pour diriger le pays jusqu'au scrutin du 11 octobre.

Les mutins avaient arrêté M. Kafando et le premier ministre mercredi.

Le leader de la junte, le général Gilbert Diendere, a indiqué vendredi avoir rencontré des membres de la communauté internationale pour lancer un dialogue, dans l'espoir de trouver une solution à long terme à la crise politique du pays.

Le désordre politique a provoqué de la violence dans les rues, et la garde présidentielle a ouvert le feu pour disperser la foule qui s'opposait au coup d'État, selon ce qu'ont raconté des témoins, tard mercredi. Des journalistes de l'Associated Press ont vu les corps d'au moins six victimes à la morgue dans la capitale, Ouagadougou, jeudi.

Il s'agit du sixième coup d'État au Burkina Faso depuis que le pays a obtenu son indépendance de la France en 1960.

Le Burkina Faso est un allié important de la France et des États-Unis dans leur lutte contre le groupe armé État islamique en Afrique de l'Ouest.

The Associated Press