NOUVELLES
18/09/2015 08:51 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

Allemagne: l'Irakien abattu avait lancé des menaces "jihadistes" envers une juge

L'Irakien de 41 ans, tué jeudi par la police à Berlin après avoir blessé une policière, devait être jugé pour avoir lancé des menaces à caractère "jihadiste" à une juge, a-t-on appris vendredi auprès du Parquet de Berlin.

"Nous n'avons aucune information sur les motifs" qui ont pu pousser Rafik Youssef, 41 ans et déjà condamné pour "terrorisme", a attaquer cette policière, a indiqué à l'AFP Martin Steltner, porte-parole du Parquet, qui penche pour un "acte isolé".

Fin juin, il avait été mis en accusation et devait être jugé pour avoir proféré envers une juge des "menaces jihadistes", a-t-il précisé. Il aurait également lancé des menaces similaires à une employée du service des étrangers du tribunal régional de Berlin, selon la même source.

Selon l'agence allemande DPA, il aurait crié à cette employée : "nous allons vous décapiter!"

Selon DPA, l'appartement de Rafik Youssef a été perquisitionné et des documents découverts par les enquêteurs sont actuellement examinés.

Il a été tué jeudi matin par balles par la police berlinoise après avoir grièvement blessé une policière avec un couteau. La fonctionnaire de police a été opérée jeudi et se trouvait dans un état stable vendredi, selon DPA.

Rafik Youssef avait été condamné à huit ans de prison à Stuttgart (sud-ouest) pour avoir projeté un attentat contre le Premier ministre irakien de l'époque Iyad Allaoui lors d'une visite en Allemagne en 2004.

Le Parquet jugeait prématuré jeudi de parler d'un acte "terroriste". "Nous cherchons toutefois à savoir si l'homme était en contact avec d'autres islamistes", a indiqué vendredi M. Steltner, selon lequel l'homme avait régulièrement fait montre d'agressivité envers la police et les fonctionnaires.

Sa mort "ne m'étonne pas. C'était quelqu'un de très difficile", a réagi vendredi son ancien avocat, Reinhard Kirpes, cité par la chaîne régionale SWR. "J'avais l'impression qu'il évoluait psychologiquement dans une zone d'ombre", a-t-il ajouté.

Selon une expertise psychiatrique, il souffrait de troubles psychiques importants, rapporte DPA.

dsa/bt/abk