NOUVELLES
18/09/2015 11:14 EDT | Actualisé 18/09/2016 01:12 EDT

79e Bol d'Or - Avantage Suzuki pour la finale du Championnat du monde

La GSX-R 1000 du Suzuki Endurance Racing Team (SERT), aux mains de Vincent Philippe, Anthony Delhalle et Etienne Masson, partira avec un avantage de 23 points sur la Yamaha R1 de l'écurie GMT 94, championne du monde en titre, au départ du Bol d'Or, dernière manche de la saison, samedi au Castellet (sud est).

A l'issue des essais qualificatifs, la Suzuki occupera le 5e rang sur la grille de départ à un peu plus d'une seconde de la Kawasaki N.11. Victorieuse des trois dernières éditions disputées à Magny-Cours (centre) la moto verte partira en position de pointe samedi.

De retour après 17 ans d'absence sur le mythique circuit Paul-Ricard, cette 79e édition se résumera a priori à une empoignade entre Suzuki et Yamaha. Cependant, d'autres constructeurs, comme Kawasaki ou Honda, malchanceux au cours des trois courses du Championnat déjà disputées, souhaiteraient terminer la saison en beauté.

Le départ de cette course de 24 heures est prévu à 13h00 GMT.

Victorieux des 24 Heures du Mans fin 2014 puis de nouveau couronné de succès lors de l'édition 2015 en avril, le SERT, écurie française dirigée de main de maître par Dominique Méliand (15 Bol d'Or en 35 participations) visera la victoire ce week-end, alors qu'un 14e titre mondial demeurera la priorité.

Vincent Philippe, 37 ans, riche de huit titres de champion du monde en Endurance, sera toujours en quête d'une huitième victoire au Bol d'Or, ce qui serait un record. Comme plusieurs pilotes de cette génération, il connaît bien ce circuit pour y avoir déjà couru. En 1999, date à laquelle le Bol d'Or a quitté le Var pour déménager à Magny-Cours, le Franc-comtois disputait sa première course d'Endurance sur une Honda. Sébastien Gimbert pilotait déjà une Honda N.111 et Fabien Foret (Kawasaki N.11) était engagé sur une Yamaha officielle.

La Suzuki N.30 devra néanmoins être sur ses gardes au cours de ces 24 Heures, la Yamaha du GMT 94, pilotée par l'Espagnol David Checa et les Français Kenny Foray et Mathieu Gines, étant également prétendante à la victoire. Samedi, ils partiront de la troisième position.

- La Yam N.94 en embuscade -

Victorieuse des Huit Heures d'Oschersleben - avec moins de 20 secondes d'avance sur la moto du SERT - la nouvelle Yamaha R1 de l'écurie de Christophe Guyot a démontré toute sa vélocité. Terminant 5e au Mans en début de saison après avoir connu quelques soucis mécaniques sur une moto toute récente, puis 6e aux Huit Heures de Suzuka, la Yamaha N.94 peut se battre jusqu'au bout pour conserver un titre qu'elle avait arraché l'an passé, sans aucune victoire de la saison, grâce à sa régularité et celle de ses pilotes.

Les challengers seront aidés par le règlement, en vigueur depuis la dernière édition du Bol d'Or en avril 2014, qui stipule que les "dix premières équipes au classement après 8 heures et 16 heures de course recevront un bonus de 10 points à 1 point".

Dans ce contexte, certaines écuries comme le Kawasaki SRC, qui signait au dernier Bol d'Or son sixième succès consécutif dans une épreuve de 24 Heures, après ses deux victoires en 2012 et 2013 et ses trois titres acquis en 2011, 2012 et 2013 au Mans, pourraient faire le spectacle après une saison 2015 décevante. Mêmes possibilités pour BMW Motorrad France, dont la S1000 RR devrait être très rapide sur la ligne droite du Mistral, ou le YART, champion du monde 2009, deuxième sur la grille de départ samedi, mais qui a souvent connu des problèmes de fiabilité avec ses Yamaha. A l'instar de la Honda N.111, connue pour son appétit d'oiseau mais qui ne peut espérer qu'un top 5 en fin de saison après son abandon au 24 Heures du Mans, une 7e place à Suzuka et une 5e en Allemagne.

syd/jcp