NOUVELLES
15/09/2015 11:44 EDT | Actualisé 15/09/2016 05:12 EDT

L'ex-maire de Boisbriand, Robert Poirier, reconnu coupable de fraude et d'abus de confiance (VIDÉO)

France Michaud, ex-vice-présidente de Roche, et Robert Poirier, ex-maire de Boisbriand, ont été reconnus coupables de tous les chefs d'accusation qui pesaient contre eux sauf un dans le cas de Mme Michaud. Ils étaient accusés notamment de fraude et d'abus de confiance.

La Cour a rendu son verdict mardi au procès pour fraude et abus de confiance découlant d'une opération de l'UPAC effectuée en février 2011, contre la corruption à Boisbriand.

Le procès Roche est le premier relié aux enquêtes de l'UPAC sur le financement des partis municipaux par des firmes de génie-conseil. L'ex-vice-présidente du groupe Roche France Michaud et l'ancien maire de Boisbriand Robert Poirier font face à des chefs d'accusation de fraude, de complot pour fraude, d'abus de confiance et d'aide à l'abus de confiance.

Le procès, qui devait s'amorcer en mars 2014, a connu de multiples rebondissements et s'est heurté à de nombreux obstacles avant de se mettre finalement en branle en janvier dernier.

Le procès réunissait initialement cinq accusés. Du nombre, l'ancienne mairesse de Boisbriand, Sylvie Berniquez St-Jean a plaidé coupable juste avant le début du procès et la Couronne a laissé tomber les accusations contre un autre accusé, Gaétan Morin.

Quant à l'ancien employé de la firme de génie-conseil BPR-Triax, Rosaire Fontaine, la Couronne a - au moins temporairement - abandonné les accusations contre lui en raison de son état de santé. M. Fontaine a été hospitalisé et il était incapable de se présenter en cour pour la suite des procédures.

Outre la diminution du nombre d'accusés, le procès a été marqué par plusieurs contretemps.

Des allégations de parjure contre le témoin-clé de la poursuite, Gilles Cloutier, ont notamment paralysé le procès durant quelques semaines et l'accusée France Michaud a dû changer d'avocat en raison d'un conflit d'intérêts.