NOUVELLES
15/09/2015 13:21 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Une candidate libérale lance un album en pleine campagne électorale

Nadine Medawar est une jeune femme fort occupée. En plus de briguer la circonscription montréalaise de Rosemont-La Petite-Patrie, elle fait paraître cette semaine son deuxième album de chansons originales.

Un texte de Félix-Antoine Viens

Ne vous fiez pas au titre de son album, Souveraine. La chanteuse et pianiste se présente bel et bien sous la bannière du Parti libéral du Canada en vue de l'élection fédérale du 19 octobre.

Âgée de 34 ans, Nadine Medawar conjugue implication politique et sociale avec la musique depuis déjà plusieurs années. Lancer un album en pleine campagne électorale est loin de l'effrayer.

« Ça fait longtemps que je travaille sur cet album et on prépare le lancement depuis huit mois, explique-t-elle. On a choisi ce moment, parce que l'automne, les gens veulent découvrir de nouveaux artistes et sont disposés à acheter des albums. Le seul hic : c'est pendant la campagne électorale. »

Avec Souveraine, l'auteure-compositrice-interprète et mère d'enfants de 2 ans et de 4 ans propose un premier album en français, après To Be Me, paru en 2009. Sur ce nouveau disque, elle signe également une chanson en langue innue.

La tâche ne s'annonce pas facile pour la candidate libérale, qui affronte notamment dans la circonscription montréalaise le député néo-démocrate sortant Alexandre Boulerice. Advenant une victoire, elle a l'intention de poursuivre sa carrière musicale, prévoyant notamment une tournée de spectacles au pays dans les prochains mois.

« Comme tous les artistes indépendants, c'est très difficile de vivre de mon art. Je ne suis pas musicienne à temps complet. »

Un parcours atypique

Arrivée du Liban avec sa famille à 9 ans, Nadine Medawar a grandi à quelques pas de l'autoroute 40, dans un appartement de Mont-Royal.

« Mes parents ont choisi ce quartier à cause de l'École secondaire Pierre-Laporte. Il y avait un programme musical en solo, et c'est là que j'ai appris le piano. Le programme a malheureusement aujourd'hui disparu. »

Après des études en gestion à l'Université McGill et la naissance de son premier enfant, elle a décidé de s'impliquer en politique, en devenant bénévole au bureau de Justin Trudeau.

Sans surprise, Nadine Medawar, qui a déjà collaboré avec la troupe LA LA LA Human Steps, dont la dissolution a récemment été annoncée, est particulièrement préoccupée par la précarité des artistes au pays.

« Il y a moins d'argent. Je le vois, les maisons de disques ont moins de projets. Les conséquences, on ne les constatera que dans cinq ans. Il faut aider les artistes à se promouvoir à l'international. »