NOUVELLES
15/09/2015 16:42 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Un expatrié n'ayant pas le droit de voter se présente contre Harper à Calgary

TORONTO — Un Canadien ayant perdu son droit de vote parce qu'il réside depuis plus de cinq ans à l'extérieur du pays a décidé de se présenter aux élections du 19 octobre dans une ville où il n'a jamais mis les pieds et contre nul autre que le premier ministre sortant Stephen Harper.

Nicolas Duchastel de Montrouge ne se fait aucune illusion quant à ses chances de battre le chef conservateur, qui doit affronter des adversaires autrement plus coriaces, dans la circonscription de Calgary-Heritage.

Sa candidature comme indépendant vise plutôt à faire valoir son opinion sur une question importante: tous les citoyens canadiens devraient avoir le droit de voter, et ce, peu importe leur lieu de résidence.

«Je me donne un peu en spectacle, mais c'est exactement mon objectif, a raconté M. Duchastel de Montrouge en entrevue avec La Presse Canadienne. Je ne m'attends pas à gagner.»

Comme les 1,4 million d'autres Canadiens expatriés vivant à l'étranger depuis plus de 5 ans, l'homme de 43 ans s'est fait retirer son droit de voter par la poste en vertu d'une loi que seul le gouvernement conservateur de M. Harper a mise en application.

Toutefois, il a indiqué qu'un responsable des élections à Calgary lui avait confirmé que la Loi électorale du Canada autorisait n'importe quel citoyen à poser sa candidature dans n'importe quelle circonscription tant qu'il respectait les critères de base, qui exigent notamment que les candidats soient âgés d'au moins 18 ans et ne soient pas incarcérés.

Les candidats potentiels doivent aussi recueillir les signatures de 100 résidants de la circonscription où ils souhaitent se présenter.

«Cette étape prend un peu plus de temps que je ne le pensais», a admis Nicolas Duchastel de Montrouge, qui vit en banlieue de Seattle.

Plus tôt cette année, le gouvernement conservateur avait réussi à faire renverser en appel un jugement ayant invalidé la règle des cinq ans pour les expatriés en raison de son inconstitutionnalité.

Gill Frank, l'un des deux Canadiens ayant contesté la règle devant les tribunaux, essaie maintenant de ramasser des fonds pour soumettre le dossier à la Cour suprême du Canada.

M. Duchastel de Montrouge n'a aucunement l'intention de faire campagne à Calgary une fois que sa candidature aura été officialisée. En fait, il décourage fortement quiconque de voter pour lui, encourageant plutôt les gens à soutenir un parti politique qui redonnera le droit de vote aux expatriés comme lui.

Il pourrait toutefois être obligé de se rendre dans la ville albertaine afin de récolter les fameuses signatures et compléter certains formulaires. Et aussi, un peu pour vivre une nouvelle aventure.

«Je ne suis jamais allé à Calgary, a-t-il confié. Ça vous donne une idée.»

 

 

 

 

Colin Perkel, La Presse Canadienne