NOUVELLES
15/09/2015 16:36 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Trois chefs à Tout le monde en parle avant le scrutin, Harper absent

DRUMMONDVILLE, Qc — Trois chefs fédéraux seront sur le plateau de Tout le monde en parle en prévision des élections du 19 octobre. Le premier ministre sortant Stephen Harper n'y sera pas, ayant décliné l'invitation, selon l'équipe de l'émission.

La prestation du défunt leader néo-démocrate Jack Layton à l'émission en avril 2011 avait été l'un des facteurs ayant contribué à la vague orange qui avait déferlé sur le Québec quelques semaines après.

La barre pourrait donc sembler haute pour les chefs qui se succéderont sur le plateau du rendez-vous dominical diffusé sur les ondes de Radio-Canada et animé par Guy A. Lepage.

C'est celui qui a succédé à Jack Layton à la barre du Nouveau Parti démocratique (NPD), Thomas Mulcair, qui lancera le bal. Son entrevue sera diffusée le dimanche 4 octobre.

La semaine suivante, le 11 octobre, l'entrevue du chef libéral Justin Trudeau sera présentée en première partie de l'émission, et celle du leader bloquiste Gilles Duceppe suivra vers la fin.

Le chef conservateur Stephen Harper a été invité, mais il a refusé, a indiqué mardi une représentante de l'équipe de Tout le monde en parle.

Au Parti conservateur, la porte-parole Catherine Loubier a signalé qu'elle «ne commente pas sur des demandes d'entrevues» et qu'elle «ne commente pas non plus sur (l')hypothèse» que M. Harper ait décliné l'invitation.

L'équipe du populaire rendez-vous, pratiquement devenu un passage obligé pour les politiciens, disposait de deux dates seulement pour recevoir les chefs avant le scrutin du 19 octobre.

Les leaders ne pouvaient être de l'enregistrement de la première de la saison, le jeudi 24 septembre: ils seront ce soir-là dans un autre studio de Radio-Canada pour croiser le fer dans le cadre du débat en français.

Et il n'était pas question de les inviter sur le plateau le jeudi 15 octobre pour ensuite diffuser l'émission le 18 octobre, à la veille du scrutin fédéral.

Les artisans de Tout le monde en parle ont tiré des leçons de la dernière élection provinciale à ce chapitre, ayant dû corriger le tir après que la présence annoncée de Pauline Marois à quelques heures de l'ouverture des bureaux de vote eut causé des remous.

Mélanie Marquis, La Presse Canadienne