NOUVELLES
15/09/2015 15:07 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Reines de dentelles rock et poétiques chez Rodarte à la Fashion Week

Excentrique, gothique mais féminine et glamour, la collection présentée mardi à la Fashion Week de New York par Rodarte, l'une des griffes favorites des stars hollywoodiennes, s'est affirmée comme l'une des plus rocks de la saison jusque-là.

La Semaine de la Mode new-yorkaise est souvent considérée comme plus sage ou plus sobre, voire plus commerciale que ses soeurs parisienne, milanaise ou même londonienne.

Mais une décennie tout juste après la création de leur maison, le duo de créatrices débridées Laura et Kate Mullheavy, célébré pour son sens aigu de la fantaisie cool, a poussé encore un peu plus loin sa ligne, faisant fi de tout classicisme ou sobriété.

"Nous, on fait ce qu'on veut!", s'amuse Laura Mullheavy à l'issue du défilé dans un entretien avec l'AFP.

L'heure pour le printemps-été 2016 Rodarte est à la poésie, aux vers de la grande poétesse américaine du XIXe siècle Emily Dickinson, jusqu'aux belles lettres du romancier William Burroughs ou aux mots du chanteur canadien culte Leonard Cohen.

Qu'importe la chaleur étouffante de l'été, la jeune femme Rodarte porte un col haut de dentelles très gothique, une grosse veste de fourrure d'agneau de Mongolie, un pantalon de tweed ou encore du velours. La légèreté d'une plume poétique vient ici de la dentelle que l'on retrouve sur de petits tops, ou majestueuses et très princières sur de longs fourreaux, mais aussi d'une multitude de volants et de franges.

Détail branché et disco, les silhouettes sont portées par une série de bottes, bottines ou escarpins à talon en cuir lamé or ou argent, rayés de rouge, noir ou vert.

Les soeurs Mullheavy ont choisi le vieux groupe de rock britannique ELO (Electric Light Orchestra) en bande sonore, faisant des podiums et du show une fête un peu intemporelle.

"Quand on écoute une musique pareille, on est transporté dans un autre monde et j'aime cette idée... C'est comme la poésie, l'écriture, la confection ou d'autres formes de création artistique (...), on crée un monde pour les gens, on s'y jette à fond", poursuit Kate Mullheavy.

ppa/bd/bdx