NOUVELLES
15/09/2015 13:47 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

RDC: l'ONU demande la libération "immédiate" de deux militants détenus depuis six mois

L'ONU a demandé mardi à Kinshasa "la libération immédiate" de deux jeunes militants de la société civile congolaise, six mois jour pour jour après leur arrestation, en dénonçant l'"absence de preuves" pesant contre eux.

"En l'absence de preuves, nous demandons la libération immédiate de Bauma et de Makwambala", indique le compte Twitter de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco), en citant José Maria Aranaz, responsable des droits de l'Homme pour l'ONU dans le pays.

Fred Bauma et Yves Makwambala, âgés tous deux d'une vingtaine d'années, sont poursuivis par la justice congolaise pour complot contre le président Joseph Kabila.

Tous deux avaient été arrêtés à Kinshasa le 15 mars, lors d'une rencontre sur la bonne gouvernance en Afrique organisée par Filimbi, qui se présente comme un collectif de mouvements d'éducation à la citoyenneté, non-partisan et non-violent.

M. Bauma est un des principaux animateurs de la Lutte pour le changement (Lucha), mouvement basé à Goma (est de la RDC) et adhérant à Filimbi, et M. Makwambala, est le webmaître et graphiste de Filimbi.

Les deux hommes avaient été détenus au secret pendant plus de 40 jours avant d'être déférés à la justice au début du mois de juin.

Leur procès se tient dans un contexte politique très tendu en RDC, où de nombreux opposants ou militants de la société civile ont été arrêtés depuis le début de l'année, après la répression meurtrière de manifestations hostiles au pouvoir.

Le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, et qui entretient le doute sur son avenir politique, est soupçonné par l'opposition et une frange de la majorité de chercher à manoeuvrer pour rester à la tête de l'État au-delà du terme de son mandat, fin 2016, alors que la Constitution lui interdit de se représenter.

Mardi, une personne a été grièvement blessée lors de violents heurts ayant éclaté en marge d'un rassemblement d'opposition à Kinshasa.

mbb/mj/fra