NOUVELLES
15/09/2015 11:57 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Les heurts à Jérusalem risquent d'attiser la violence au Moyen-Orient, selon l'ONU

Les heurts entre Palestiniens et policiers israéliens depuis trois jours sur et autour de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem risquent d'attiser la violence au Moyen-Orient, a prévenu mardi l'émissaire spécial de l'ONU pour le Proche-Orient, Nickolay Mladenov.

"Quand le Moyen-Orient est confronté à une puissante vague de terreur et d'extrémisme, ces graves provocations ont le potentiel d'attiser la violence bien au-delà des murs de la Vieille ville de Jérusalem", a déclaré devant le Conseil de sécurité M. Mladenov.

L'esplanade, qui abrite la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher, est considérée comme le troisième lieu saint de l'islam mais elle est aussi révérée par les juifs comme le mont du Temple.

Depuis le début dimanche des célébrations du Nouvel an juif, les policiers israéliens se sont heurtés quotidiennement à des hommes masqués retranchés dans la mosquée Al-Aqsa pour protester contre les visites de juifs sur l'esplanade.

Il est "impératif que le statu quo historique soit préservé", a réclamé Nickolay Mladenov, en référence aux règles tacites qui autorisent les musulmans à monter à toute heure sur l'esplanade, et les juifs à y pénétrer à certaines heures mais sans y prier.

Mardi, des centaines de policiers ont répondu aux jets de pierres par des tirs de grenades assourdissantes.

Le représentant palestinien à l'ONU Riyad Mansour a dénoncé une situation "extrêmement dangereuse", accusant "les extrémistes du côté israélien" de chercher à "imposer une présence juive" sur le site.

Une telle velléité pourrait aboutir à une confrontation religieuse qui aurait "des ramifications dans les recoins du Moyen-Orient et au-delà", a-t-il ajouté.

"Une confrontation religieuse est ce dont rêve le groupe Etat islamique", a-t-il déclaré à des journalistes à New York, faisant référence au groupe extrémiste qui contrôle de vastes territoires en Irak et en Syrie.

Ce regain de tensions à Jérusalem intervient après l'échec de négociations de paix en avril 2014 et en amont d'une réunion du quartette pour le Proche-Orient le 30 septembre, où sera évoqué la résolution diplomatique du conflit.

Ce quartette, composé des Etats-Unis, de la Russie, de l'Union européenne et de l'ONU, a été fondé en 2002 afin de jouer, sans grand succès jusqu'ici, le rôle de médiateur dans le processus de paix israélo-palestinien.

Il a invité les ministres des Affaires étrangères égyptien, jordanien et saoudien, ainsi que le secrétaire général de la Ligue arabe à participer à cette réunion qui se tiendra en marge de l'Assemblée générale des Nations unies.

cml/faa/elm