NOUVELLES
15/09/2015 14:18 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Le petit Ashya King retourne à Prague un an après sa protonthérapie

Le petit Britannique Ashya King, qui avait souffert d'une tumeur au cerveau, est retourné mardi à Prague un an après que ses parents l'ont sorti clandestinement d'un hôpital anglais pour suivre avec succès un traitement de protonthérapie dans la capitale tchèque.

"Tout va mieux pour Ashya", s'est réjoui devant les journalistes son père Brett. Pendant ce temps, son fils, pratiquement immobile il y a douze mois, marchait autour de lui, souriant, sur des jambes certes encore un peu instables.

En mars dernier, l'avocat de la famille avait annoncé que la tumeur au cerveau du garçon était "totalement neutralisée" et ne contenait plus de cellules cancéreuses grâce à la protonthérapie.

"Son allure s'est améliorée, tout comme sa coordination, sa parole, son écriture et ses dessins mais il est toujours un peu en retard", a confié M. King, devant le centre spécialisé où son fils avait suivi sa thérapie.

"Je suis sûr qu'il va rattraper son retard dans les années qui viennent et sera comme un enfant normal", a-t-il assuré, avant d'offrir à son fils une balade sur le très pittoresque Pont Charles, haut lieu du tourisme de Prague.

"Sa progression semble venir dans les sauts, elle n'est pas tout à fait continuelle", a constaté Brett King, sur ce pont médiéval orné d'une trentaine de statues baroques et offrant une vue splendide sur le Château de Prague.

Aidé par ses parents, frères et soeurs, Ashya a parcouru tous les 516 mètres qui séparent les deux extrémités du pont enjambant la rivière de Vltava.

"Il est déjà capable de faire pas mal de choses mais nous restons prudents, nous ne voulons prendre aucun risque", a ajouté le père.

Le cas de ce petit garçon âgé à l'époque de cinq ans avait reçu un large écho international en été 2014, après une chasse à l'homme déclenchée contre ses parents qui l'avaient fait sortir clandestinement d'un hôpital de Southampton (Angleterre), avant de l'emmener à Malaga (Espagne) puis à Prague.

Considérant que le traitement appliqué à leur enfant à Southampton était trop agressif, ses parents, qui ont même passé quatre jours en prison en Espagne, avaient décidé de lui faire suivre une protonthérapie dans la capitale tchèque.

Cette thérapie, non disponible en Grande-Bretagne, consiste à détruire les cellules cancéreuses en les irradiant avec un faisceau de protons, focalisé sur les lésions et épargnant ainsi les tissus sains.

Ashya King a reçu à Prague en une cinquantaine de jours trente séances de protonthérapie, chaque fois sous anesthésie générale.

str-frj-jma/sw/abk