NOUVELLES
15/09/2015 06:04 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

L'Iran annonce une visite du chef de l'AIEA d'ici "trois ou quatre jours"

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, viendra à Téhéran d'ici "trois ou quatre jours", a annoncé le chef du programme nucléaire iranien lundi soir à la télévision iranienne depuis Vienne.

"Un certain nombre d'experts, douze, se rendent ce soir en Iran et M. Amano s'y rendra aussi d'ici trois ou quatre jours", a déclaré Ali Akbar Salehi.

Ces experts onusiens sont attendus pour poursuivre les discussions sur les activités passées de l'Iran dans le domaine nucléaire.

"Nous avons discuté des activités nucléaires passées et présentes du pays", a ajouté M. Salehi après une rencontre avec M. Amano.

"Nous sommes actuellement engagés dans des discussions avec l'Iran sur la mise en oeuvre de la feuille de route. Dans ce contexte, une visite du directeur général est également considérée. Les détails sont encore à régler," a déclaré le porte-parole de l'AIEA Fredrik Dahl.

L'AIEA a demandé le 9 septembre à l'Iran de lever des "ambiguïtés" concernant ses activités nucléaires passées, dans le cadre d'un processus de vérification préalable à une levée des sanctions internationales frappant ce pays.

Téhéran et les grandes puissances ont conclu le 14 juillet à Vienne un accord historique destiné à garantir la nature strictement pacifique du programme nucléaire iranien, en échange de la levée de ces sanctions.

Au préalable, l'AIEA doit rendre le 15 décembre un rapport destiné à éclaircir toutes les zones d'ombre planant encore sur le dossier.

L'agence onusienne et les grandes puissances cherchent en effet à faire la lumière sur la "possible dimension militaire" du programme nucléaire iranien jusqu'en 2003 au moins.

Téhéran a toujours nié les allégations en ce sens, affirmant que ces soupçons reposaient sur des documents trafiqués.

Dans le cadre de cette enquête, "l'AIEA a posé à l'Iran, le 8 septembre, des questions sur des ambiguïtés concernant des informations que lui a fournies l'Iran le 15 août 2015", avait annoncé la semaine dernière l'agence.

"Nous suivons cette affaire avec sérieux et nous espérons que, conformément à notre accord avec l'AIEA, nous atteindrons l'objectif fixé, de sorte que le 15 décembre cette question soit close (...) pour que l'accord nucléaire puisse devenir opérationnel", a déclaré M. Salehi.

sgh/stb/mba/bpe