NOUVELLES
15/09/2015 14:51 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Faute d'invitation, Elizabeth May participera au débat de jeudi sur Twitter

OTTAWA — Faute d'invitation, la chef du Parti vert Elizabeth May participera au débat de jeudi prochain sur son compte Twitter.

Mme May compte s'inviter dans la conversation par l'entremise de vidéos qui seront filmées et partagées rapidement en réponse aux déclarations des trois autres chefs.

Le conservateur Stephen Harper, le néo-démocrate Thomas Mulcair et le libéral Justin Trudeau croiseront le fer à Calgary dans le cadre d'un événement organisé par le «Globe and Mail».

Mme May et son équipe se sont associées à Twitter pour concevoir ces vidéos, qui incluront des remarques, des réponses aux chefs et des vérifications des faits. Ils seront en compagnie d'un représentant de Twitter Canada, Steve Landurantaye, dans une église de Victoria, en Colombie-Britannique, pour enregistrer les extraits.

Les téléspectateurs qui visionneront le débat sur le site Internet du journal ou sur la Chaîne d'affaires publiques par câble (CPAC) ne pourront pas voir ou entendre la chef du Parti vert.

Mais l'idée est de rejoindre les Canadiens qui suivent le débat simultanément à la télévision et sur Twitter, selon Mme May. «C'est le mieux qu'on puisse faire, mais c'est loin d'être un débat équitable», a-t-elle remarqué.

Lors des dernières élections, les débats en français et en anglais organisés par le consortium de médias étaient des moments clés de la campagne. Or, cette fois-ci, plusieurs débats ont été convoqués par des organisations privées.

La performance de Mme May au premier débat du magazine Maclean's en août lui a valu plusieurs commentaires positifs et a suscité un regain d'attention pour le parti, qui souhaite grossir sa députation.

Les verts ont dénoncé l'exclusion de leur chef à l'événement du Globe and Mail, du débat Munk sur la politique étrangère et de celui organisé par le réseau TVA.

Sean Humphrey, vice-président marketing du Globe and Mail a défendu la décision de l'organisation, qui souhaite «centrer le débat sur l'économie canadienne», a-t-il expliqué.

Cette exclusion a amené Steve Ladurantaye — qui est d'ailleurs un ancien journaliste du quotidien canadien — de proposer la tenue d'un débat parallèle en ligne.

«On n'a plus à attendre d'être invité quelque part maintenant. Si tu veux participer, tu peux participer. Il y aura toute une discussion qui aura lieu sur Twitter ce soir-là», a-t-il soutenu.

Selon de nouveaux chiffres, 60 pour cent des utilisateurs canadiens de Twitter étaient encore indécis pour les élections du 19 octobre.

Le réseau social travaille sur différentes facettes de la campagne des cinq partis, assure-t-il.

Les verts ont sollicité l'expertise de Twitter pour s'assurer qu'ils utilisaient bien les technologies, a souligné Julian Morelli, directeur des communications du parti. Il a tenu à préciser que le réseau social ne leur facturait pas ces services.

Jim Bronskill, La Presse Canadienne