NOUVELLES
15/09/2015 00:45 EDT | Actualisé 14/09/2016 01:12 EDT

Des catholiques américains parfois loin des enseignements de leur Eglise

La fièvre monte chez les catholiques américains, qui recevront le pape François chez eux pour la première fois la semaine prochaine, mais leurs positions sont parfois éloignées de celles de leur Eglise sur le mariage homosexuel, le célibat des prêtres ou encore la contraception.

Le pape François, qui a pris ses distances avec les fastes du Vatican et plaide pour la compassion envers les pauvres, a trouvé un écho chez les fidèles américains. "Il mérite vraiment cette notoriété et ce statut de rock star", car il est "davantage un charpentier de Nazareth qu'un empereur romain", note Thomas Groome, professeur de théologie au Boston College.

Pour autant, les catholiques américains divergent d'avec leur chef sur plusieurs points. Voici l'état de lieux:

-- QUI SONT LES CATHOLIQUES AMERICAINS?

Dans un pays majoritairement protestant, les catholiques américains sont différents de leurs homologues irlandais ou italiens, pour lesquels être catholique fait partie de leur nationalité et de leur culture. Pour les fidèles américains en revanche, la foi est d'abord une affaire de choix et de conviction personnelle, explique M. Groome.

En outre, être catholique dans un pays de protestants et de plusieurs autres religions fait qu'ils sont plus incertains de leur image: en tant que citoyens, les autres Américains vont-ils penser que nous sommes redevables du Vatican ou de la Constitution américaine?

Seul catholique à avoir accédé à la Maison Blanche, John F. Kennedy avait expliqué aux membres du clergé protestant lors de sa campagne en 1960: "contrairement à ce qu'ont l'habitude d'écrire les journaux, je ne suis pas un candidat catholique à la présidence. Je suis un candidat démocrate à la présidence, par ailleurs catholique. Je ne parle pas au nom de mon Eglise sur des sujets d'intérêt général, et l'Eglise (catholique) ne s'exprime pas pour moi".

-- QUESTIONS SOCIALES

Les catholiques s'investissent beaucoup dans les questions sociales, comme pour "prouver qu'ils sont vraiment Américains", explique Chad Pecknold, professeur associé de théologie à l'université catholique de Washington. Et suivent un chemin qui ne reflète pas les enseignements de leur Eglise.

- HOMOSEXUALITE: 39% des catholiques américains affirment que l'homosexualité n'est pas un péché, selon un récent sondage de l'institut Pew, alors que le Vatican la qualifie d'actes "intrinsèquement désordonnés". Et 66% considèrent qu'un couple homosexuel peut élever des enfants.

- CONTRACEPTION: La même étude affirme que 75% des catholiques estiment que l'Eglise devrait autoriser les méthodes contraceptions artificielles, bannies par le Vatican. M. Groome rapporte connaître "des tas de catholiques, dévoués et pieux, qui vont à la messe tous les dimanches, reçoivent la communion, mais utilisent la contraception et ne sentent pas du tout coupables".

- AVORTEMENT: Un tiers des catholiques américains affirment que les femmes devraient pouvoir avoir accès à l'avortement, selon Pew. Pour leur Eglise, l'avortement est un péché.

- CELIBAT DES PRETRES, PRETRISE DES FEMMES: 62% affirment que les prêtres devraient pouvoir se marier, et 59% pensent que l'Eglise devrait pouvoir ordonner des femmes prêtres.

"Le risque de vouloir se montrer très américain vire toujours à une sorte de catholicisme culturel, qui a toujours tendance à résister aux enseignements de l'Eglise plutôt que d'être formés par elle", explique M. Pecknold.

-- LE PAPE A-T-IL DES OPPOSANTS CATHOLIQUES?

Oui. Depuis son élection en mars 2013, le pape François a suscité des appréciations dithyrambiques, non sans des critiques récurrentes parmi les progressistes et les conservateurs.

- Certains progressistes estiment que le pape s'exprime très bien mais n'a pas vraiment apporté de changements, bien qu'il ait simplifié, à l'adresse des divorcés-remariés actuellement interdits de communion, la procédure de nullité des mariages, leur permettant ainsi de pouvoir se remarier à l'église, note M. Groome. Mais il pourrait aussi aborder le célibat des prêtres ou donner aux femmes un rôle plus important au sein de l'institution.

Le père Thomas Reese, observateur jésuite connu, voit cinq handicaps chez le pape François à propos des femmes, dont le fait qu'il est né en Argentine. "Et la culture latino-américaine est patriarcale et paternaliste", notait M. Reese en mars dans le National Catholic Reporter.

- Les conservateurs de leur côté étaient habitués à entendre des enseignements très détaillés des papes Jean Paul II et Benoît XVI. Alors que le pape François s'attache à une mission plus vague et générale centrée sur les "catholiques à +faible vitesse+", comme ceux qui vont à la messe seulement à Noël et à Pâques, et les gens qui ne sont pas du tout catholiques, explique Pecknold.

"Le souci c'est que les catholiques à +grande vitesse+ sont contrariés que le pape ne leur parle pas aussi précisément qu'avant", explique M. Pecknold.

dw/are/elm/mf