NOUVELLES
15/09/2015 08:56 EDT | Actualisé 15/09/2015 08:59 EDT

Délinquance pharmaceutique: Le HuffPost Highline se penche sur cas de Johnson & Johnson

La série Highline du Huffington Post jette à partir d’aujourd’hui un regard sur les pratiques illégales de la compagnie pharmaceutique Johnson & Johnson, qui a recommandé un médicament antipsychotique très puissant aux enfants et aux aînés en violation des règles de la Food and Drug Administration des États-Unis.

Fruit d’une enquête magistrale du renommé Steven Brill, ce reportage en 15 chapitres explique comment une équipe de scientifiques et d’administrateurs a trafiqué les données indiquant que le Risperdal risque de stimuler le développement mammaire chez les garçons. (À preuve, un jeune autiste de l’Alabama nommé Austin Pledger a développé un tour de poitrine de 46DD.)

Consultez le reportage (en anglais) ici:

America's Most Admired Lawbreakers

Ce reportage démontre que Johnson & Johnson a distribué des boîtes promotionnelles de blocs Lego pour inciter les pédiatres à prescrire le Risperdal aux enfants atteints de troubles de comportement, même si les autorités américaines ont régulièrement averti la compagnie de ne pas en faire la promotion auprès de cette clientèle. Au cours des 20 dernières années, le Risperdal est devenu l’un des médicaments les plus profitables de Johnson & Johnson, en dépit des quelque 3 milliards de dollars de réclamations en justice qui ont fait suite à sa commercialisation.

En 2013, Steven Brill a fait la une du magazine Time avec un article de 24 000 mots s’attaquant au coût astronomique des soins de santé aux États-Unis. Après avoir reçu le Prix national du magazine pour l’intérêt public, il a poursuivi ses travaux et augmenté son article pour en faire un best-seller intitulé America’s Bitter Pill.

Dans ce nouvel article exclusif au Huffington Post Highline, Steven Brill nous fait découvrir le fonctionnement quotidien de l’industrie pharmaceutique. S’appuyant sur de longues entrevues ainsi que des milliers de pages de documents et de courriels, il explique comment les médicaments sont fabriqués et commercialisés et nous fait connaître les gens qui doivent prendre des décisions de vie ou de mort à leur égard.

L’un de ces personnages marquants est certainement le courageux représentant des ventes qui a enregistré une réunion à l’insu de ses collègues afin de dénoncer les pratiques douteuses de son employeur. L’on retrouve également Alex Gorsky, fougueux directeur des ventes du Risperdal au moment de l’enquête, dont la stratégie lui a valu d’être nommé président et chef de la direction de Johnson & Johnson.

Cet article a un côté humain absolument fascinant. Il plonge au cœur de l’industrie pharmaceutique et en expose les rouages de manière très détaillée afin de nous faire comprendre ce qui a motivé les dirigeants de Johnson & Johnson. Il est rare de voir des bureaucraties et des systèmes aussi complexes exposés de la sorte.

Au rythme d’un chapitre par jour et au cours des 15 prochains jours, vous découvrirez comment les personnes impliquées dans ce scandale ont été influencées par le système. Vous découvrirez comment les victimes du Risperdal ont eu du mal à faire valoir leurs droits. Dans un souci de transparence, nous avons joint à cet article des dizaines de documents qui vous permettront de le mettre en contexte et d’évaluer sa justesse. Nous tentons d’offrir à nos lecteurs une expérience inédite qui associe l’exhaustivité du livre à l’interactivité du web.