NOUVELLES
15/09/2015 14:27 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Clôture à la frontière roumano-hongroise: "pas conforme à l'esprit européen" (Bucarest)

La Roumanie a protesté mardi contre l'intention de la Hongrie de construire une clôture antimigrants sur leur frontière commune, après celle déjà érigée à la frontière avec la Serbie, estimant qu'un tel projet n'était "pas conforme à l'esprit européen".

"Le ministère roumain des Affaires étrangères estime que la construction d'une clôture entre deux Etats membres de l'Union européenne, qui sont également des partenaires stratégiques, ne représente pas un geste correct d'un point de vue politique et n'est pas conforme à l'esprit européen", a indiqué le MAE dans un communiqué.

"Cette position a déjà été transmise à la partie hongroise", a ajouté le ministère, précisant avoir été informé de ce projet "peu avant qu'il soit rendu public".

Dans un message publié sur son compte Facebook, le Premier ministre roumain Victor Ponta a fait état de son "indignation, en tant qu'homme et citoyen européen, à l'égard de mentalités et d'attitudes (de certains hauts responsables hongrois, ndlr), que l'Europe a uniquement connues dans les années 1930-1940."

"Barbelés, lois agressives, prisons et brutalités ne vont certainement pas résoudre le problème mais vont montrer qu'en Hongrie il y a des décideurs politiques qui ne sont en rien meilleurs que ceux de Syrie, de Libye ou d'autres pays que les réfugiés sont en train de fuir", a ajouté M. Ponta.

Le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto avait auparavant annoncé la décision de son gouvernement de "mettre en place des préparatifs pour la construction d'une clôture à la frontière entre la Hongrie et la Roumanie".

Selon lui, cette mesure "est nécessaire étant donné que les passeurs pourraient changer leur route en raison de la clôture existante à la frontière serbo-hongroise".

La Roumanie, qui n'est pas membre de l'espace Schengen de libre circulation, a jusqu'ici été épargnée par la crise migratoire.

La Hongrie est en revanche devenue le principal pays de transit pour les migrants qui veulent gagner l'Allemagne.

Mardi, Budapest a mis en place comme prévu une législation restrictive, bloquant net l'arrivée de nouveaux candidats à l'exil sur le territoire hongrois.

mr/abk