NOUVELLES
15/09/2015 12:20 EDT | Actualisé 15/09/2016 01:12 EDT

Burkina: un parti dénonce des risques de fraude après la saisie de 5.000 fausses cartes d'électeurs

L'Union pour le progrès et le changement (UPC) de Zéphirin Diabré, un des favoris à la présidentielle du 11 octobre au Burkina Faso, a dénoncé mardi des risques de fraudes après la saisie de 5.000 fausses cartes d'électeurs.

"Nous disons à tous ceux qui s'intéressent à l'organisation des élections du 11 octobre qu'il y a des risques sérieux de fraude électorale", a déclaré le directeur adjoint de campagne de M. Diabré, Ali Seye, lors d'une conférence de presse à Ouagadougou.

"Nous tenons à ce que le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) intègre le fait que tous les fichiers sont aujourd'hui violables. Nous disons que tout est possible dans un fichier électronique", a dit M. Seye, à propos des cartes saisies dans un cybercafé de Ouaga2000, un quartier huppé au sud de la capitale.

Interrogé par l'AFP, la police a indiqué qu'"un seul individu, le gestionnaire du cybercafé, a été interpellé pour les besoins de l'enquête qui se poursuit toujours".

Déplorant une "regrettable affaire", le gouvernement de la "transition" a salué dans un communiqué "la clairvoyance des citoyens qui ont dénoncé de tels actes" et félicité les forces de sécurité pour leur "professionnalisme".

"Soucieux d'organiser des élections crédibles et transparentes, le gouvernement de la transition condamne de tels agissements et invite tous les acteurs à faire preuve de responsabilité et de maturité".

Le président de la Ceni, Me Barthélemy Kéré, a assuré pour sa part que le fichier électoral est "inviolable".

"Confectionnez des cartes d'électeurs si vous voulez, mais vous ne pourrez pas faire en sorte que ces électeurs puissent figurer dans le fichier électoral", a-t-il indiqué dans la presse cette semaine.

Des cas de fraudes avaient déjà été signalés lors de la campagne d'enregistrement biométrique des électeurs durant l'été, mais aucune suite n'a été donnée jusque-là.

Le Burkina s'est doté d'un fichier électoral avec des cartes électorales biométriques à partir de 2010. Pour voter, chaque électeur doit se présenter avec sa carte dans le bureau où il est inscrit sur la liste électorale.

Le Burkina Faso, dirigé actuellement par un gouvernement dit de "transition" démocratique, doit tenir des élections législatives et présidentielle afin de tourner définitivement la page des 27 ans de règne de Blaise Compaoré, dont le régime a été renversé par la rue le 31 octobre 2014.

roh/pgf/fra