NOUVELLES
14/09/2015 05:54 EDT | Actualisé 14/09/2016 01:12 EDT

US Open - Baromètre: Djokovic au firmament

Le N.1 mondial Novak Djokovic a remporté son troisième tournoi du Grand Chelem de l'année, le dixième de sa carrière, dimanche à Flushing Meadows.

Pour la première fois dans sa carrière, il a disputé les finales des quatre principaux rendez-vous de la saison.

Seul Stan Wawrinka et la terre battue de Roland-Garros l'ont empêché de réaliser le Grand Chelem, mais ce n'est peut-être qu'une question de temps...

MESSIEURS

. Novak Djokovic : soleil éclatant

A New York, Djokovic a disputé sa onzième finale de l'année en douze tournois joués en 2015 ! Il a ajouté un dixième titre du Grand Chelem à son palmarès, son septième trophée de l'année: "C'est une saison incroyable, sans doute ma meilleure avec celle réussie en 2011, mais j'apprécie encore plus cette saison, car je suis un mari et un père comblé", a insisté le Serbe. En outre, il en a profité pour revenir à hauteur de Federer au bilan de leurs confrontations avec une 21e victoire, comme son illustre adversaire.

. Roger Federer : soleil voilé

L'ancien N.1 mondial court toujours après son premier titre majeur depuis Wimbledon 2012. Son compteur est bloqué à 17 : il a bien cru pouvoir le débloquer avec un tennis offensif et séduisant, mais Djokovic, plus réaliste et plus solide dans les moments importants, a brisé son rêve.

. Andy Murray : brouillard

L'Ecossais a payé les efforts consentis lors d'un été très chargé avec, après Wimbledon, le quart de finale de Coupe Davis contre la France et trois tournois (Washington, Montréal et Cincinnati).

Il est tombé en 8e de finale face à un Kevin Anderson en état de grâce et a vu sa série de 18 quarts de finale consécutifs en Grand Chelem prendre fin.

L'horizon du N.3 mondial est quelque peu bouché avec les incertitudes concernant son entraîneur Amélie Mauresmo, en congé maternité, et un mode de fonctionnement (avec Miami comme camp de base) modifié au moins provisoirement avec la naissance à venir de son premier enfant.

. Stan Wawrinka : beau fixe

Le Suisse n'a certes pas pesé bien lourd face à Federer en demi-finale (6-4, 6-3, 6-1), mais il a passé un nouveau cap en 2015.

Il a ajouté un deuxième titre majeur à son palmarès (Roland-Garros) et a disputé deux demi-finales (Open d'Australie, US Open) et un quart (Wimbledon).

"Je ne peux qu'être satisfait de ma saison en Grand Chelem, elle est extraordinaire", a-t-il insisté.

. Rafael Nadal : toujours dans la tempête

Eliminé dès le 3e tour à "Flushing" par l'imprévisible Fabio Fognini, tombé dès le match suivant, l'Espagnol finit 2015 sans le moindre titre majeur, une première pour lui depuis 2004.

Sans surprise, il a réussi son meilleur résultat en Grand Chelem dans son jardin de Roland-Garros, mais symbole de son net recul dans la hiérarchie mondiale, il s'y est arrêté en quart de finale.

A 29 ans, "Rafa" est persuadé qu'il va retrouver rapidement sa place dans le "Big Four" qui régit le tennis masculin depuis dix ans.

"Pendant une période cette année, j'ai eu l'impression que j'avais perdu cette rage de vaincre, mais elle est bien là", a-t-il assuré avant de quitter New York.

. Marin Cilic: retour sur terre

Le vainqueur de l'US Open 2014 a été humilié (6-0, 6-1, 6-2) en demi-finale par Djokovic, mais il était handicapé par une cheville droite douloureuse.

Le Croate, qui a perdu cinq rangs au classement ATP (N.14), a toutefois tenu son rang à la différence de Kei Nishikori, son adversaire en finale 2014 éliminé dès son entrée en lice.

DAMES

. Serena Williams : coup de tonnerre

La N.1 mondiale est tombée de très haut alors que le ciel --et son tableau-- semblait complètement dégagé : elle a concédé sa première défaite à Flushing Meadows depuis quatre ans face à l'Italienne Roberta Vinci (2-6, 6-4, 6-4).

Elle n'a pas su gérer la pression liée à la perspective de réaliser le Grand Chelem et n'a jamais produit son meilleur tennis, à part peut-être lors de son quart de finale remporté face à son aînée, Venus.

La reine du tennis féminin est toujours apparue fébrile, en particulier au service, et nerveuse, dès le 2e tour contre la très modeste Kiki Bertens (110e).

Mais la domination de l'Américaine sur le circuit WTA reste incontestable : ses rivales la redoutent trop, à l'image de Maria Sharapova, ou sont incapables d'enchaîner les résultats, comme Simona Halep ou Petra Kvitova.

. Flavia Pennetta : coup de soleil

A 33 ans et pour sa 49e participation à un tournoi du Grand Chelem, l'Italienne a décroché son premier titre majeur à la surprise générale. Mais ce succès, qui lui permet d'entrer dans le Top 10, sera sans lendemain, puisqu'elle raccrochera sa raquette en fin de saison.

jr/es