NOUVELLES
14/09/2015 05:48 EDT | Actualisé 14/09/2016 01:12 EDT

Prix de création Radio-Canada - Les 5 finalistes du Prix du récit Radio-Canada 2015 sont connus

Le jury du Prix du récit Radio-Canada 2015, composé cette année de Fanny Britt, de Catherine Mavrikakis et de Jean Désy, a désigné les cinq finalistes du Prix du récit Radio-Canada 2015.

Les récits de Simon Brousseau, d'Anne De Rome, de Chantal Garand, de Natalie Laguë et de Martine Noël-Maw ont été choisis parmi plus de 600 histoires vécues inédites soumises au concours cette année. Le nom du grand gagnant sera dévoilé le 21 septembre.

Notez que les inscriptions sont présentement en cours pour un autre de nos prix de création : le Prix de la nouvelle Radio-Canada 2016.

Les finalistes du Prix du récit Radio-Canada 2015

Simon Brousseau pour Le singe joyeux dans la tapisserie, l'histoire d'un homme qui boit un café en s'interrogeant sur la possibilité du bonheur.

Originaire de Québec, Simon Brousseau vit à Montréal. Il a réalisé une thèse de doctorat sur l'œuvre de l'écrivain américain David Foster Wallace en 2014 et poursuit maintenant des études postdoctorales à l'Université de Toronto. Son premier livre de fiction paraîtra aux éditions Le Cheval d'août en 2016.

Anne De Rome pour Go go go!l'histoire d'une équipe médicale qui tente de sauver un jeune gardien de but qui a reçu un coup de patin dans le cou.

Ancienne infirmière, titulaire d'un baccalauréat en pédagogie et d'un diplôme d'études supérieures spécialisées (D.E.S.S.) en bioéthique, Anne De Rome est mariée depuis 45  ans, mère de trois enfants et grand-mère de six petits-enfants. Depuis sa retraite, elle est inscrite aux ateliers d'écriture de l'Université du troisième âge de l'Université de Sherbrooke, et elle réussit à trouver le temps, de même qu'une certaine zone de confort et de confiance, pour s'adonner à l'écriture. 

Chantal Garand pourUn hibou, un Égyptien et l'étrangèrel'histoire de trois êtres qui cherchent leur place dans l'univers.

Chantal Garand est originaire de Victoriaville, mais elle vit à Engelsviken, en Norvège, depuis 2003, où elle travaille à l'intégration des réfugiés à la société norvégienne. Elle a signé les textes des chansons de l'album India zoulou alpha (IZA, 2008) et a collaboré à l'écriture de deux pièces de théâtre.

Natalie Laguë pour ÇAle récit poignant de la fin inexorable d'un père malade, racontée par sa fille.

Originaire de Sorel, Natalie Laguë vit à Montréal. Rédactrice de métier, elle a travaillé pendant une vingtaine d'années pour la radio et les médias numériques de Radio-Canada, à titre de rédactrice et de recherchiste, ainsi qu'en production. Elle a ensuite été à son compte et, depuis quelques années, elle supervise les services linguistiques d'un cabinet d'expertise-comptable de services-conseils.

Martine Noël-Maw pour Elle s'appelait Anica Zovakl'histoire d'une petite fille qui découvre l'Holocauste à travers le tatouage sur le bras d'une des clientes de sa mère couturière.

Originaire de Rouyn-Noranda, en Abitibi, Martine Noël-Maw vit à Regina, en Saskatchewan, depuis 1993. Elle a été tour à tour coiffeuse, mannequin, puis conseillère en communications et en ressources humaines. À l'approche de la quarantaine, elle a décidé de se consacrer à sa passion première : l'écriture. Depuis, elle a publié une douzaine d'ouvrages pour adultes et pour les jeunes, en plus d'écrire pour le théâtre.

Véritable tremplin pour les auteurs canadiens, le Prix du récit Radio-Canada est ouvert à tous, amateurs ou professionnels. Il récompense chaque année les meilleures histoires vécues inédites soumises au concours. Le gagnant remporte 6000 $ offerts par le Conseil des arts du Canada ainsi qu'une résidence d'écriture au Centre Banff, en Alberta, et voit son texte publié dans le magazine enRoute d'Air Canada et dans la section Livres du site ICI.Radio-Canada.ca. Les finalistes reçoivent chacun 1000 $ offerts par le Conseil des arts du Canada, et leur texte est publié sur ICI.Radio-Canada.ca/icionlit.