NOUVELLES
14/09/2015 04:43 EDT | Actualisé 14/09/2016 01:12 EDT

Migrants: la pression s'accroît à la frontière autrichienne

Le flux de migrants arrivant à la frontière austro-hongroise a pris des proportions sans précédent lundi, selon la police autrichiennes, des ministres appelant Vienne à renforcer les contrôles aux frontières à l'instar de l'Allemagne.

"Je ne crois pas que nous puissions nous permettre d'attendre", a déclaré la ministre de l'Intérieur, Johanna Mikl-Leitner (ÖVP, droite), dans un communiqué, estimant qu'il était "plus que temps" que le chancelier Werner Faymann (SPÖ, social-démocrate) accorde son feu vert.

M. Faymann et le vice-chancelier Rudolph Mitterlehner (ÖVP) doivent donner une conférence de presse commune à 10H30 (08H30) sur le sujet.

Dimanche soir, ils avaient exclu un renfort immédiat des contrôles, également réclamés par le ministre des Affaires étrangères Sebastian Kurz.

M. Faymann doit rencontrer mardi à Berlin son homologue allemande Angela Merkel pour discuter du dossier, a annoncé le gouvernement autrichien.

La pression s'est encore accrue à la frontière avec la Hongrie, alors que Budapest, selon la police autrichienne, a accéléré le transit de migrants hors du pays avant l'entrée en vigueur, mardi, d'un durcissement de la législation.

Plus de 4.500 migrants se sont présentés au poste-frontière autoroutier de Nickelsdorf entre minuit et 06H00, et plusieurs milliers d'arrivées étaient attendues dans la journée, selon la police. Le trafic automobile a été interrompu sur l'autoroute pour des raisons de sécurité.

Mais de nouveaux arrivants ont également afflué vers d'autres portions de la frontière austro-hongroise, comme à Heiligenkreuz, près de la frontière slovène.

"Quelque 500 personnes arrivent toute les heures en bus, et nous tablons sur l'arrivée de 5.000 à 10.000 personnes", a indiqué un porte-parole de la police, Gerald Koller. Il a ajouté que 3.000 migrants se trouvaient déjà à Heiligenkreuz et que la police était débordée dans ses tentatives de réguler le flux.

"Nous partons du principe qu'ils (les Hongrois, ndlr) les laissent vraiment sortir partout", a ajouté le policier.

Une course contre la montre s'est engagée pour les migrants qui tentent de gagner l'ouest de l'Europe avant que la Hongrie ne renforce, à partir de mardi, ses mesures anti-immigration, Berlin ayant renforcé ses contrôles frontaliers dès dimanche soir.

phs/ros