Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Fatima Houda-Pepin «estomaquée»: le projet de loi contre les discours haineux est dangereux

Avec son projet de loi 59, le gouvernement Couillard protège les islamistes radicaux, au lieu de protéger la société contre eux, estime l'ex-députée libérale Fatima Houda-Pepin.

L'ancienne députée, reconnue pour son expertise sur les questions religieuses, s'est montrée «estomaquée», lundi, en commentant le contenu du projet de loi visant à interdire le discours haineux et l'appel à la violence.

Dans son libellé actuel, ce projet de loi ne règle aucun problème, selon Mme Houda-Pepin, qui témoignait devant la commission parlementaire qui étudie le projet de loi 59, défendu par la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée.

Elle a plaidé une fois de plus pour la création d'un Centre de recherche-action sur l'intégrisme, un organisme qui aurait le mandat de mieux documenter la montée du radicalisme religieux au Québec.

Comme bien d'autres avant elle, Mme Houda-Pepin a dit craindre les dérives auxquelles s'expose la société en limitant la liberté d'expression, tel que le prévoit le projet de loi controversé.

La ministre Vallée a répété que ce n'était pas le but recherché et qu'elle convenait qu'il fallait mieux définir les termes utilisés dans sa pièce législative.

Ancienne vice-présidente de l'Assemblée nationale, Fatima Houda-Pepin avait été exclue du caucus libéral en 2013, en raison de ses différends profonds avec son chef Philippe Couillard sur ces questions.

INOLTRE SU HUFFPOST

De quelles religions sont les Québécois?

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.