NOUVELLES
14/09/2015 13:44 EDT | Actualisé 14/09/2016 01:12 EDT

Facebook Allemagne promet des mesures contre la prolifération des messages racistes

L'antenne allemande du réseau social Facebook a promis lundi "de nouvelles mesures" pour lutter contre les propos racistes qui prolifèrent sur ses pages, sur fond de crise des migrants, au point que le gouvernement allemand s'en mêle.

Facebook Allemagne a annoncé dans un communiqué "trois nouvelles mesures pour faire face au racisme sur la plate-forme", entre autres un partenariat avec une organisation qui contrôle les contenus.

Le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, qui a rencontré lundi la direction de l'entreprise, a précisé le but de cette task force pour mieux lutter contre les messages de haine. "L'objectif est d'améliorer la gestion des réclamations (de ceux qui se plaignent de messages haineux ou racistes, ndlr)", a souligné le ministre.

Il s'agit de mettre sur pied d'éventuelles mesures, "si possible d'ici la fin de l'année", a-t-il ajouté.

Il avait appelé ces derniers jours Facebook à "en faire plus pour que son réseau ne devienne pas une cour de récréation pour l'extrême droite".

Le groupe américain a rappelé qu'il faisait disparaître "les tirades haineuses contre certains groupes protégés et les appels à la violence", mais, selon Berlin, Facebook ne réagit pas assez vite, et trop de posts passent entre les mailles du filet.

Outre les manifestations de solidarité, l'arrivée en Allemagne de dizaines de milliers de candidats à l'asile ces dernières semaines s'accompagne d'une augmentation des commentaires haineux sur internet.

Dans une vidéo mise en ligne vendredi, Katrin Göring-Eckardt, figure du parti Vert, lit des commentaires insultants, injonctions à quitter le pays et menaces qui lui ont été adressés sur les réseaux sociaux. "Faites en sorte que ces messages disparaissent", demande à Facebook Mme Göring-Eckardt dans sa vidéo.

En signe de bonne volonté, le groupe s'engage à devenir membre d'un réseau de contrôle des contenus sur internet, FSM, qui incite les internautes à signaler les contenus inappropriés et emploie des experts germanophones qui filtrent les commentaires sur les sites de médias.

La société a annoncé une "large campagne" pour promouvoir le "counter speech", la réponse aux messages de haine par des raisonnements argumentés. Facebook veut "soutenir les organisations (qui s'engagent contre le racisme) pour qu'elles utilisent encore mieux le réseau" pour faire passer leur message.

mtr-yap/gkg