NOUVELLES
14/09/2015 11:57 EDT | Actualisé 14/09/2016 01:12 EDT

Claude Lelouch à Toronto: "rien ne m'intéresse plus que l'amour! "

"Rien ne m'intéresse plus que l'amour!". Cinquante ans après le tournage d'"Un homme et une femme", couronné par deux Oscars, Claude Lelouch est venu présenter au Festival de Toronto "Un + Une", récit d'une rencontre avec Jean Dujardin et Elsa Zylberstein.

En plus d'un demi-siècle de carrière, c'est seulement la deuxième fois que le cinéaste de 77 ans vient au Festival international du film de Toronto (TIFF), grande fête du cinéma et gros marché en Amérique du Nord (jusqu'au 20 septembre).

"Je suis venu en 2002 avec un film à sketches" intitulé "11'09"01 - September 11", oeuvre collective sur le 11 septembre. "Mais je n'étais jamais venu avec un film entier", raconte le cinéaste, qui a fait le déplacement avec ses acteurs.

"J'avais très envie de savoir comment, de l'autre côté de l'Atlantique, ils allaient percevoir le film, de savoir s'il avait des vertus internationales", confie à l'AFP Claude Lelouch.

Nouvel opus romantique du réalisateur, "Un + Une" met en scène Antoine (Jean Dujardin) , compositeur de musiques de films et trublion volage, qui vient travailler en Inde sur un long métrage au titre prémonitoire de "Juliette et Roméo".

Il y rencontre, Anna (Elsa Zylberstein), la femme de l'ambassadeur français (Christophe Lambert), empreinte de spiritualité indienne. Ces deux personnages, que tout oppose mais qui s'attirent, vont vivre ensemble un voyage à travers l'Inde qui va les transformer.

- "Faire le point" sur l'amour -

Ce road-movie sentimental "est à la fois un voyage et un voyage intérieur", explique Claude Lelouch, qui souligne avoir voulu avec ce film "faire le point" sur l'amour, 50 ans après le début du tournage de "Un homme et une femme", son oeuvre la plus connue.

Sorti en 1966, le film à la célèbre ritournelle "chabadabada, chabadabada...", récit d'un amour passionné avec Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée, avait obtenu la Palme d'Or à Cannes ainsi que deux Oscars, celui du meilleur film étranger et celui du meilleur scénario.

"J'avais très envie, 50 ans après, d'aborder encore une fois le thème de l'amour. Je voulais savoir si j'avais appris deux-trois trucs en 50 ans", plaisante le cinéaste, qui a réalisé depuis plus de 40 films, parmi lesquels "L'aventure c'est l'aventure", "Itinéraire d'un enfant gâté" ou "Tout ça...pour ça!".

"J'ai appelé ce film +Un + Une+ parce que +Un homme et une femme+ était pris, sinon j'aurais pu l'appeler +Un homme et une femme+", lance-t-il.

Claude Lelouch dit avoir aussi eu "très envie de tourner avec Elsa Zylberstein et Jean Dujardin", Oscarisé en 2012 pour "The Artist".

"Un film, c'est quand même des acteurs", ajoute celui qui a mis en scène la fine fleur des comédiens français, de Jean-Paul Belmondo à Lino Ventura en passant par Annie Girardot et Catherine Deneuve.

Pour le cinéaste, marié trois fois et père de sept enfants, et dont le cinéma se caractérise notamment par un certain romantisme fleur bleue, "l'amour est le grand sujet de l'Humanité".

"Vous avez aujourd'hui 7 milliards de gens sur cette Terre qui sont nés d'une histoire d'amour, donc c'est un sujet qui concerne tout le monde. Cela reste la préoccupation principale", poursuit-il.

"Il y a rien qui m'intéresse plus", dit-il encore.

"Je suis plus passionné par l'observation des hommes et des femmes que des pays. Le plus beau pays du monde, s'il n'y a pas un homme et une femme, ça ne m'intéresse pas", conclut-il.

slb/mbr