Les ingrédients du soulagement : 6 composantes communes des analgésiques

ibuprofen word display on tablet over table
ibuprofen word display on tablet over table

Le soulagement médicamenteux de la douleur a connu des hauts et des bas et de nombreuses percées scientifiques au fil des ans – un peu comme la douleur des patients.

Nos ancêtres savaient comment traiter un douleur apparente telle qu’une coupure ou un furoncle mais ne savaient rien de ce qui n’était pas visible. Traiter une migraine ou une fièvre leur était inconnu.

Depuis ce temps, notre histoire est jalonnée de concoctions herbales, d’incantations et autres trucs du genres. Et même si ingurgiter une pâte à base d’herbes n’est pas ce qu’il y a de plus alléchant, cela demeure néanmoins la fondation de la science pharmaceutique actuelle.

Mais quelles sont les composantes les plus communes de nos médicaments modernes contre la douleur ? Voici un survol des analgésiques que l’on retrouve le plus souvent dans nos pharmacies et comment ils vous aident à vous sentir mieux.

1. Naproxène

Le naproxène est un AINS (anti-inflammatoire non-stéroïdien) qui agit en réduisant les hormones qui causent les inflammations dans notre corps. On l’utilise pour soulager l’arthrite et la goutte et on en retrouve dans des produits tels que MOTRIMAX™, la gélule efficace pendant 12 heures pour soulager les douleurs articulaires, contrairement aux 8 heures offertes par l’ibuprofène.

2. Opioïdes

Les opioïdes sont les analgésiques que l’on doit utiliser avec le plus de prudence. Là où d’autres analgésiques peuvent être utilisés pour des problèmes internes, les opioïdes ont un champ d’action plus large. On en retrouve dans la codéine, la morphine, la méthadone et bien d’autres médicaments. Leur action est similaire à celle d’autres analgésiques, mais ils fournissent un soulagement plus profond en réduisant les signaux de douleur que le corps envoit au cerveau.

3. Paracetamol

Le paracétamol (aussi connu sous le nom d’acétaminophène) est utilisé dans le traitement des inflammations qui entraînent de la fièvre. C’est un des analgésiques les plus répandus et il a fait son apparition en médecine dès 1893, aux États-Unis, mais on ne l’a pas commercialisé avant 1950.

4. Ibuprofène

L’ibuprofène est très similaire au naproxène, c’est également un AINS. Son histoire commence aux Boots Laboratories du Royaume-Uni au début des années 60. Des chercheurs ont identifié l’acide carboxylique, une composante apportant deux fois plus de soulagement de la douleur que l’acide acétylsalicylique (ASA).

L’ibuprofène soigne les inflammations qui causent les maux de têtes, les rages de dents et certaines douleurs menstruelles. On retrouve de l’ibuprofène dans plusieurs produits de marque MOTRIN® , que ce soit de puissance régulière ou extra puissant.

5. Méthocarbamol

Le méthocarbamol est une des composantes que l’on retrouve le plus fréquemment dans les relaxants musculaires. Il agit en bloquant les impulsions nerveuses qui sont envoyées par votre corps vers votre cerveau afin qu’il ne capte pas la douleur. Il peut être utilisé seul ou en conjonction avec les autres composantes énumérées plus haut afin d’offrir plus d’un type de soulagement de la douleur.

6. Gabapentin

La gabapentine est un médicament antiépileptique qui aide à soulager les problématiques reliées aux composés chimiques et aux nerfs qui peuvent entraîner des syncopes et de la douleur. La gabapentine est également utilisée pour le traitement du zona et certaines marques sont également utilisée dans le traitement du syndrome des jambes sans repos. Il est important d’utiliser la bonne marque et le bon type de gabapentine, surtout dans le traitement de l’épilepsie.

INOLTRE SU HUFFPOST

9 façons de réduire les impacts de la douleur chronique