NOUVELLES
11/09/2015 09:07 EDT | Actualisé 11/09/2015 09:08 EDT

Six comportements qu'il faut éliminer au volant

Man driving car on mountain road at sunset
Klaus Vedfelt via Getty Images
Man driving car on mountain road at sunset

Je l’avais vu venir de loin. Cette camionnette noire GMC avec une suspension surélevée et ses jantes de 16 ou 17 pouces enrobés de pneus d’au moins 30 pouces. J’étais sur l’autoroute 20 en direction de Montréal, sur la portion entre la sortie pour les ponts et Sainte-Hélène-de-Bagot, là où tout le monde semble rouler dans la voie de gauche sans dépasser 105 km/h.

Si vous avez conduit sur la 20 à cet endroit un dimanche après-midi, vous savez exactement ce que je veux dire.

LIRE AUSSI

Une Ferrari F40 impliquée dans un accident à Toronto

Le ralentissement dans la voie normalement réservée aux dépassements entraine éventuellement des comportements propres à un conducteur frustré et impatient. Dans ce cas-ci, le GMC Sierra en question. Je le voyais venir de loin. Dans mon rétroviseur, je voyais la camionnette emprunter la voie de droite dès que c’était possible, accélérer à pleine vitesse afin de dépasser le maximum de voitures, et couper brusquement pour revenir dans la voie de gauche quand une voiture plus lente empêchait le passage à droite.

La marge de manœuvre souvent réduite au maximum, les klaxons se faisant entendre allégrement. Puis soudainement, la camionnette noire était derrière moi, mon pare-chocs arrière séparé de son pare-chocs avant par quelques pieds seulement. Nous voilà donc, à 110 km/h, cordés comme des bonbons Rockets dans leur emballage, avec aucune marge de manœuvre. Il y a peut-être 15 voitures directement devant moi. Que monsieur dans le pickup le veuille ou non, ça n’ira pas plus vite. Ça y est, la camionnette me dépasse par la droite.

Mais il y a une voiture dans la voie parallèle à quelques mètres en diagonale de la mienne. Puis il y a la voiture devant moi, à environ trois mètres de ma calandre. Je l’ai vu venir le GMC, et je n’ai pas ralenti. Mon orgueil m’empêchant d’acquiescer à la stupidité de sa tentative de dépassement illégale. Sauf que je n’ai pas eu le choix de ralentir, et vite à part de ça. Car voici la camionnette, désormais à quelques centimètres de mon aile avant droite. Et juste pour ajouter à l’insulte, j’ai droit à un doigt d’honneur et un petit coup de frein qui m’oblige à appliquer les freins à nouveau.

Si monsieur rencontre un jour un conducteur aussi téméraire et impatient, ce sera un cas de rage au volant susceptible de faire les manchettes. Assurément.

Trente minutes plus tard, je suis sur l’autoroute 40 en direction ouest, à la hauteur de la sortie Papineau. Si vous connaissez le coin, vous savez que les voies sont étroites, qu’il y a beaucoup de trafic qui tente d’entrer sur les voies rapides par la droite, et qu’il y a surtout énormément de circulation.

Les automobilistes se suivent de très près. Nombreux sont les changements de voie sans avertissements ainsi que les dépassements illégaux. Il semble qu’au fil des ans, plusieurs ont oublié certaines règles nécessaires à une conduite sécuritaire.

Pourtant, vous n’arriverez pas plus rapidement à destination en dépassant par la droite, en coupant les autres, ou en talonnant une autre voiture. Vous aurez peut-être l’impression d’aller plus vite, mais vous serez toujours en retard. Pire, conduisez de façon trop dangereuse, et vous n’arriverez tout simplement pas.

Avant de nommer quelques comportements qui sont à proscrire lorsque l’on conduit, je tiens à mentionner que je ne considère pas détenir la vérité absolue. Je crois simplement qu’il s’agit d’une question de gros bon sens d’adopter une conduite sécuritaire et de ne pas poser les gestes qui suivent, surtout en situation de congestion.

Entrer sur l’autoroute trop lentement ou rapidement

Les autoroutes de la région de Montréal n’offrent pas beaucoup d’espace pour entrer. Certains conducteurs roulent beaucoup trop rapidement tandis que d’autres sont beaucoup trop lents lorsqu’ils tentent de rejoindre les voies rapides. De plus, l’on s’attend à ce que les voitures dans la voie de droite se déplacent pour faciliter notre entrée, mais parfois ils ne peuvent pas ou d’autres fois par manque de politesse ils ne le feront pas. Il faut donc adapter notre vitesse à celle des autres véhicules.

Ne pas surveiller ses angles morts

Peu importe le véhicule, il y a une façon de positionner ses rétroviseurs latéraux de sorte que l’angle mort de chaque côté est pratiquement éliminé. Cela dit, plusieurs automobilistes ont un angle mort important qu’ils se doivent de vérifier avant de changer de voie, ou tourner à une intersection.

S’approcher trop près des autres voitures

Il est important de laisser l’équivalent de la longueur de quelques voitures entre la partie avant de votre auto et l’arrière de la voiture qui vous précède. S’approcher trop près de l’autre véhicule n’aura que des conséquences négatives. Soit l’autre automobiliste freinera brusquement en guise d’avertissement, ou il ou elle le fera par nécessité. L’autre véhicule ne va que très rarement accélérer ou laisser la voie libre.

Roulez trop lentement dans la voie de gauche

Il n’y a rien de plus frustrant qu’une voiture avançant à 100 km/h dans la voie de gauche lorsqu’il n’y a pas de véhicules à dépasser dans l’autre voie. De grâce, laissez la voie libre aux véhicules roulants plus rapidement afin d'éviter que le conducteur derrière vous pose le geste décrit précédemment.

Faire autre chose que conduire

Nous pourrions débattre si l’utilisation d'un système mains libres aide vraiment à améliorer la sécurité, mais ce qui est certain est qu’il est très dangereux de texter, ou faire toute autre activité qui nous oblige à quitter la route des yeux. Cela veut dire qu'il faut éviter de manger, vous maquiller, ou encore de lire le journal lorsque vous conduisez.

Dépendre des autres

Trop souvent nous voyons un automobiliste couper un autre véhicule, probablement avec l’idée que le conducteur de ce dernier sera en mesure de freiner. Ou encore, combien de fois avez-vous remarqué un véhicule traversant la rue en sens perpendiculaire alors que vous vous approchez dangereusement, vous obligeant à freiner rapidement? Pourtant, vous regardez derrière vous et il n’y a aucune voiture. Il est primordial que notre sécurité ne dépende pas de la vigilance des autres conducteurs. Cela va également pour les piétons et les vélos qui trop souvent prennent pour acquis que les conducteurs ont remarqué leur présence.

Si les comportements précédents étaient éliminés par l’ensemble des conducteurs, nos routes seraient beaucoup plus sécuritaires, et beaucoup plus agréables également. Malheureusement, certains comportements sont pratiquement impossibles à corriger.


Galerie photo Honda Civic Voyez les images


Abonnez-vous à HuffPost Québec Autos sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Autos sur Twitter