Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Participation dans les Nordiques: pas dans les priorités, dit Couillard

QUÉBEC — Une participation financière de l'État dans le projet de retour des Nordiques de Québec n'est pas dans les priorités du gouvernement, a déclaré le premier ministre Philippe Couillard.

Présent à la cérémonie d'inauguration de l'amphithéâtre de Québec, M. Couillard a qualifié cette éventualité d'«hypothétique», avant d'insister sur le rendement que cela devrait procurer aux contribuables.

Le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Dion, a affirmé que l'entreprise, gestionnaire de l'amphithéâtre, a les ressources pour faire seule l'acquisition éventuelle d'une concession de la Ligue nationale de hockey.

M. Dion a cependant précisé qu'une fois la transaction complétée, l'entreprise pourrait décider de s'adjoindre des partenaires, tout en conservant le contrôle financier sur l'équipe.

Lors d'une conférence de presse dans le nouvel édifice de 370 millions $, M. Dion a affirmé que la LNH n'a donné aucun échéancier pour son processus d'expansion, dans lequel l'entreprise s'est engagée cet été.

Malgré l'absence d'équipe dans le nouvel amphithéâtre, les activités de l'installation sont viables, a indiqué M. Dion. Le gouvernement et la municipalité ont financé à parts égales la construction de l'édifice, dont l'objectif était d'obtenir une équipe de la LNH après le déménagement des Nordiques en 1995.

Aux journalistes, M. Couillard a déclaré que le gouvernement avait déjà fait beaucoup en subventionnant la construction de l'édifice.

Après avoir déjà évoqué l'an dernier la possibilité d'un partenariat à la condition d'une rentabilité pour les contribuables, M. Couillard a affirmé que cette hypothèse n'est pas dans les priorités.

«Je n'ai pas parlé d'aide, j'ai parlé d'une participation hypothétique. (...) Ce n'est pas dans les priorités qu'on a, les priorités qu'on a sont autres, vous avez vu tous les besoins que la société exprime. Il y a bien d'autres besoins à combler avant ça.»

Alexandre Robillard, La Presse Canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.